IMAGES OF NUCLEAR WAR AND HUMAN DESTRUCTION: PSYCHOLOGICAL PERSPECTIVES

Robert Jay Lifton

Abstract


We live on images. Since the Second World War, a fundamental polarity has formed in our imagery - the extinction of the human species versus the creation of a human future. There have been variations on the negative image. One hears of "nuclear winter," of references to a final holocaust. The positive image has been strengthened by the images of the Nobel Peace Prize awarded to the International Physicians for the Prevention of Nuclear War, and the gradual universalization of nuclear concern.

Governmental agencies in the West have attempted to allay the anxiety generated in this polarity by advancing its own images - images of nuclear normality, and nuclear winning. Its most recent effort at image managing is the SDI program. This development promises complete protection from outside nuclear attack.

Hope for the survival of the human species can be seen in two other images. The first is the image of nothingness, which can force the mind to rebel, and work to prevent the reality reflected in the image. The second is the image of the species self. We are all so interdependent that we have a shared self. With shared self comes the recognition of a shared fate. This image of the species self infuses us with a kind of inclusive human possibility, a commitment to humanity whose time has come.

RÉSUMÉ

Nous vivons d'images. Depuis la Deuxième guerre mondiale, notre imagerie s'est en quelque sorte polarisée, avec d'une part l'extinction de la race humaine et de l'autre, la création d'un avenir pour la race humaine. Certaines variations affectent l'imagerie négative. On entend parler d'"hiver nucléaire," d'allusions à un holocauste. L'imagerie positive, par contre, est renforcée par les images du prix Nobel de la paix décerné au International Physicians for the Prevention of Nuclear War, et par l'universalisation progressive de la peur nucléaire.

Les gouvernements occidentaux ont cherché à apaiser l'angoisse résultant de cette polarité en proposant leur propre imagerie - des images de normalité nucléaire et de victoire nucléaire. Leur dernière tentative dans ce sens est symbolisée par le programme SDI. Cette technologie futuriste promet en effet une protection totale en cas d'attaque nucléaire ennemie.

L'espoir de voir survivre la race humaine est visible dans deux autres images. La première est l'image du néant qui peut obliger l'esprit à se révolter et à tout mettre en oeuvre pour prévenir sa matérialisation. La deuxième est l'image de l'espèce proprement dite. Nous sommes touts liés par un tel degré d'interdépendance que nous avons en quelque sorte un moi partagé. Ce moi partagé implique un destin partagé. Cette image du moi de l'espèce nous insuffle une sorte de possibilité humaine globale, un engagement vis-à-vis de l'humanité dont l'heure est arrivée.

Full Text:

PDF