UNSETTLING SETTLER SHAME IN SCHOOLING: RE-IMAGINING RESPONSIBLE RECONCILIATION IN CANADA

Ryan Koelwyn

Abstract


This paper draws on “reintegrative shame” (engaging the offender(s) in discussions of the moral dimensions of the act), and scholars who position shame as transformative. This paper reasserts shame as an ethical matter arguing that reconciliation is a particular response to the historical shame generated from the establishment of the Indian Residential Schools in Canada. What would it mean to conceive of education as a site for working through shame? If we find a way to acknowledge our settler-shame, what might a responsible way of acting on it be? This paper considers these questions to present evidence for the importance of education as a space for making shame a social, ethical, and pedagogical project. 

REMETTRE EN QUESTION LE CONCEPT DE HONTE DES COLONISATEURS EN ÉDUCATION : REPENSER UNE RÉCONCILIATION RESPONSABLE AU CANADA 

Cet article s’appuie sur l’approche de « honte réintégrative » (impliquer le (s) contrevenant (s) dans des discussions portant sur les dimensions morales des actes posés) et sur les chercheurs considérant la honte transformatrice. Cet article repositionne la honte comme question éthique, soutenant que la réconciliation est une réponse spécifique à la honte historique engendrée par la mise en place des pensionnats indiens au Canada. Quelles seraient les conséquences d’envisager l’éducation comme un lieu pour évoluer à travers la honte? Si nous trouvions une manière de reconnaître notre honte en tant que colonisateurs, quelle serait une façon responsable de l’aborder et d’agir? Cet article analyse ces questions afin de démontrer l’importance de l’éducation comme lieu de transformation de la honte en projet social, éthique et pédagogique.


Keywords


settler-shame; reconciliation; ethics; responsibility; truth and reconciliation; education; honte des colonisateurs; réconciliation; éthique; responsabilité; vérité et réconciliation; éducation

Full Text:

PDF HTML