49-1EditorialPDFf

EDITORIAL

We are pleased and proud to publish the current issue of MJE / RSÉM, which represents the first collaboratively-written issue of our recently constituted inter-university editorial team, which looks forward to the influence of Marc Andre Ethier (Université de Montreal) on the MJE’s presence within Francophonie. This issue features nine articles, three notes from the field and four book reviews; four of the nine articles are from French scholars within and outside of Quebec. The issue selection is eclectic, which is typical of our journal. The subject matters addressed are consistent with ongoing yet pressing preoccupations in education and society: with programs (in the key areas of literacy and youth levels of physical activity), with assessment, with issues connected to teaching and learning, such as of Aborginal youth and of boys and education; all are preoccupations shared across geographical contexts, both within Canada (including Francophonie) and globally. The contributions also address areas in the MJE / RSÉM that are becoming more prominent and that signal our expanding repertoire, such as in Aboriginal/Indigenous education and international education.

We are also pleased to offer three more “Notes from the Field” (a total of eleven published since the inception of the section in 2013), addressed to diverse audiences and on diverse topics that fulfill our intended hopes for this new section of: interrogating narratives of disempowerment, in Bryant’s on the extent of participation of African researchers in conversations related to their field; advocacy, in Carter’s petitioning of teachers, teacher educators and curriculum developers to galvanize their resources, form a community and revitalize theatre and drama education in Canada and beyond; and posing insightful questions, such as Thompson’s about the otherwise taken-for-granted practice of writing field notes.

Given the sheer abundance of reading material that we face on any given day, book reviews continue to provide an indispensable service to the academic community at large while also being a way in which future scholars can ‘cut their teeth’ in academic publishing within the short form (which is an art) of the book review. The four book reviews in this issue are no exception, and bring our attention to publications on various topics and issues, both contemporary and historical, that doctoral students have determined as critical for other scholars to read and/or engage with, namely: a follow-up, second edition to a seminal volume (edited by well-known Canadian scholar, Bonny Norton) on identity and language learning (Crump); the advent of popular schooling (via print culture) in Upper Canada (Garcia); a critique and alternative vision of how children are socialized into being “civilized” (Hampton); and how discipline, devotion and dissent are addressed within faith-based schools (Jewish, Islamic and Catholic) (Tiflati).

Of our peer-reviewed articles, Stagg Peterson and McClay conducted a national assessment of the teaching and assessment of writing in middle schools across Canada. Improving skill in written communication remains a core concern in education and the workforce. The researchers interviewed 216 teachers in 22 classrooms (1-3 randomly selected per province or territory). The research (SSHRC-funded) provides an invaluable snapshot of writing instruction in middle schools across Canada in terms of teacher practices, teacher beliefs, and materials at hand. An area flagged for improvement was digital technology. Research is increasingly showing that students will write more and produce quality work when using technology.

Randall, Robinson and Fletcher surveyed physical education programs across Atlantic Canada, for the purpose of determining their quality relative to others within and outside of Canada. Diversity in content and delivery can encourage greater youth participation, this in keeping with the government policy, Active Healthy Kids Canada, intended to redress low participation rates. The research results point to a predominantly white teacher staff with a program emphasis on sports, to the exclusion of alternative forms of healthy exercise, such as gymnastics and dance. The researchers earmark key areas for improvement, such as increasing instructional time to increase levels of physical activity for youth and encouraging teachers and schools to go beyond minimum standards.

Two French articles discuss learning objects, one in mathematics and the other in science. The two others examine teacher training.

In their article “Primary school students’ difficulties in mathematics,” Rajotte, Giroux and Voyer compare the impact of two main perspectives that enable the interpretation of the mathematical learning difficulties that are found in scholarly work. The first perspective attributes the mathematical difficulties to characteristics that are intrinsic to the student, whereas the second one considers these difficulties as resulting from the interaction between the student and the educational system. The results of this research lend support to an interpretation based on the second perspective.

Does a given evaluation situation enable the identification of students’ scientific competencies? This complex question is important in the context of certificative evaluation at the secondary school level because of the training needs identified by study programmes and because of practical constraints affecting teachers. Dionne proposes markers to create and judge the validity and reliability of scientific evaluations in his article, “An item blueprint for assessing scientific inquiry competencies in a laboratory setting,” an approach which could inspire researchers interested in the evaluation of competencies in other school subjects.

Following on Randall et al., Monfette and Grenier look at physical education; here, the role of the cooperating teacher. Teachers with a strong feeling of personal efficacy (FPE) tend to engage and to persevere in the profession. FPE is developed during teacher training, most notably during the training internships in school settings. However, we ignore how teachers associated with interns contribute to the development of FPE. In order to better understand the roles that the associated teachers believe they play in this process, the author analysed feedback and comments collected during semi-structured interviews. According to Monfette and Grenier, the associated teachers believed they influenced four sources of FPE development: offering occasions to self-develop, exchanging ideas, establishing good relations, and disseminating knowledge.

The final French article sheds light on the little-known situation of vocational education teachers in training. The students of these programmes are mostly recruited from practical fields: butchery, carpentry, hairdressing, and so on. The majority do not have university training (mostly because their discipline is rarely taught at the university level), follow part-time courses, and do not have teaching workloads. Tardif and Descheneaux, in their article, attempt to describe the overarching trends of individuals’ socio-professional paths. Drawing on Bourdieusian theoretical tools, the authors highlight the choices and strategies of these social actors, as well as the interests and constraints that explain their choices and strategies.

Whitley takes another look at how Aboriginal students can be supported to be successful. She first situates her research within contemporary Indigenous frameworks then proposes a bioecological model (Bronfenbrenner) as a lens for generating interactions supportive of academic success. Whitley’s research is distinctive in seeking out the perspectives of Aboriginal youth as well as those of their teachers, this in northwestern Ontario. Recommendations emerging from the research are not surprising: focus on student strengths, construct a meaningful curriculum, help students connect their education to future careers, and support teachers. However, the research highlighted that even more than cultural relevancy, students were interested in an education that could provide choice and speak to their interests, including in Aboriginal language. Teachers identified the need to move beyond an “add and stir” approach so as to more directly tap into their students’ interests and needs.

Walker centers her work (coming out of the American context but clearly of relevance to many contexts worldwide) on factors influencing academic underachievement of boys on a high school campus. Through this inquiry, Walker unveils a hitherto underexplored, but very important, dimension of this phenomenon. Specifically, she illuminates a silent, but powerful, form of resistance that the boys in her study developed in response to a curriculum that remains largely unconnected from and unresponsive to their needs and aspirations. Strikingly, they constructed their “Beta Boy” identities by deciding to disengage from their academic work, but performing well on standardized exams. Interestingly, they viewed their current academic workload not challenging enough to merit hard work. Walker’s study raises fundamental questions regarding the relevance of curriculum to students’ lives and her work helps to understand students’ complex response to this issue.

Hamden’s article provides a window on the potential of culturally-relevant practice (within a changing global knowledge economy) in university classrooms in Saudi Arabia. She points to concerns about the prevalence of non-Saudi instructors in private universities, therefore interviewed seven male and female higher education instructors to look at how they structured their approaches to teaching and learning for the Saudi classroom. Hamden proposes CRP (culturally-relevant practice) as a model to guide instructors in addressing challenges of using constructivist approaches in a Saudi context and to create bridges between teachers’ assumptions and beliefs and the needs and expectations of their Saudi students. The study sheds light on the usefulness of the CRP approach and provides insight into its applicability to a Saudi context.

TSW, AA & MAE

 

ÉDITORIAL

Nous sommes heureux et fiers de présenter cette édition du MJE / RSÉM, qui constitue le premier numéro rédigé de manière collaborative par notre toute nouvelle équipe éditoriale interuniversitaire. De plus, nous nous réjouissons à l’avance de l’influence qu’aura Marc-André Éthier (Université de Montréal) sur le rayonnement de la RSÉM au sein de la Francophonie. Cette édition présente neuf articles, trois notes du terrain et quatre critiques de livres. Quatre des neuf articles sont proposés par des chercheurs francophones provenant du Québec ou de l’extérieur. L’éventail de sujets abordés par les auteurs dans ce numéro est éclectique, un trait distinctif de la revue, et ceux-ci traitent de préoccupations constantes, mais pressantes en éducation et dans la société. Que ce soient les programmes (dans les domaines fondamentaux de l’alphabétisation et du niveau d’activité physique chez les jeunes), l’évaluation ou les questions relatives à l’enseignement et l’apprentissage (chez les jeunes autochtones ou encore en ce qui a trait au rapport des garçons à l’éducation), toutes les problématiques soulevées dans cette édition sont vécues dans divers contextes géographiques, au Canada (incluant la Francophonie) et au niveau international. Les textes s’attaquent à des domaines qui prennent de plus en plus d’importance dans le MJE / RSÉM et démontrent nos intentions d’élargir notre répertoire pour y traiter de l’éducation des autochtones et d’éducation internationale.

Nous sommes également ravis de présenter trois nouvelles «Notes du terrain». Celles-ci portent à onze le nombre de notes publiées depuis la création de cette section en 2013, interpellent des publics variés sur un éventail de sujets et comblent nos attentes à l’égard de cette section. Tout d’abord, Bryant questionne les explications formulées sur la perte de pouvoir, s’interrogeant sur l’étendue de la participation des chercheurs africains aux discussions en lien avec leur domaine. Puis, Carter lance un appel aux enseignants, à ceux qui les forment et à ceux qui développent les programmes, les invitant à mobiliser leurs ressources, former une communauté et revitaliser l’éducation théâtrale et dramatique, au Canada et ailleurs. Quant à Thompson, elle pose des questions fondamentales sur la pratique, considérée comme acquise, de rédiger des notes sur le terrain.

Nous faisons face à une offre foisonnante de lectures, et ce, à tous les jours. Dans ce contexte, les critiques de livres font œuvre utile dans l’ensemble de la communauté universitaire, tout en donnant aux futurs chercheurs l’opportunité de s’initier à la publication académique dans la forme succincte de la critique, un art en soi. Les quatre critiques de livres proposées par des doctorants dans cette édition ne font pas exception à la règle et suggèrent des publications portant sur divers sujets et problématiques, contemporains et historiques. Les auteurs les considèrent comme des lectures ou des pistes de recherche incontournables pour les autres chercheurs : un suivi de la seconde édition d’un ouvrage de référence rédigé par Bonny Norton, un chercheur canadien bien connu, et portant sur l’identité et l’apprentissage des langues (Crump); l’émergence de l’éducation populaire (via la culture de l’imprimé) dans le Haut-Canada (Garcia); une critique et une perspective différente de la façon dont les enfants sont socialisés pour être «civilisés» (Hampton) et la manière dont la discipline, la dévotion et la dissension sont abordées au sein des écoles confessionnelles (juives, islamiques et catholiques) (Tiflati).

Parmi nos articles évalués par les pairs, celui de Stagg Peterson et McClay présente une évaluation pancanadienne de l’enseignement et de l’évaluation de l’écriture, tels que pratiqués dans les écoles intermédiaires au Canada. L’amélioration des compétences en communication à l’écrit demeure une préoccupation importante en éducation et dans les milieux de travail. Les chercheurs ont réalisé des entrevues auprès de 216 enseignants dans 22 classes (entre 1 et 3 choisies au hasard par province ou territoire). Cette recherche, financée par le CRSH, trace un portrait inestimable des pratiques et des croyances enseignantes ainsi que du matériel disponible dans les écoles intermédiaires à travers le Canada. Les technologies numériques constituent un domaine nécessitant une amélioration. Les recherches démontrent de plus en plus que les étudiants écrivent davantage et produisent des textes de plus grande qualité lorsqu’ils utilisent la technologie.

Randall, Robinson et Fletcher ont analysé les programmes en éducation physique offerts dans les provinces maritimes, dans le but d’en évaluer la qualité en comparaison avec ceux offerts ailleurs au Canada et à l’extérieur du pays. Pour ce faire, ils se sont basés sur la politique gouvernementale Jeunes en forme Canada, qui vise à augmenter les faibles taux de participation, et préconise une diversité de contenu et méthodes pédagogiques pour encourager une plus grande participation des jeunes. Les résultats de leur étude révèlent une prédominance d’enseignants «blancs», qui mettent l’accent sur les sports, au détriment d’autres formes d’exercices telles que la gymnastique et la danse. Pour les chercheurs, certaines dimensions-clés de l’offre peuvent être améliorées, que ce soit en allouant davantage de temps à l’enseignement de l’éducation physique pour augmenter le niveau d’activité physique des jeunes ou en encourageant les enseignants et les écoles à aller au-delà des normes minimales.

Deux articles en français s’intéressent aux objets d’apprentissage, l’un en mathématiques et l’autre en sciences, tandis que les deux autres s’intéressent à la formation des enseignants.

Dans leur article, « Les difficultés des élèves du primaire en mathématiques », Rajotte, Giroux et Voyer comparent la portée de deux principales perspectives qui permettent d’interpréter les difficultés d’apprentissage en mathématiques qui se retrouvent dans les écrits savants. La première attribue les difficultés en mathématiques aux caractéristiques intrinsèques à l’élève, tandis que la seconde considère ces difficultés comme étant la résultante de l’interaction entre l’élève et le système didactique. Les résultats de cette recherche appuient une interprétation faite à partir de la seconde perspective.

Une situation d’évaluation donnée permet-elle de juger des compétences scientifiques des élèves ? Cette question complexe revêt une importance cruciale en contexte d’évaluation certificative au secondaire, en raison à la fois des besoins de formation exprimés par les programmes d’études et des contraintes pratiques qui pèsent sur les enseignants. Dionne propose des balises pour créer et juger notamment de la validité et de la fidélité des évaluations en sciences dans son article « Un canevas d’item pour évaluer la compétence d’investigation scientifique en laboratoire », une démarche qui pourrait inspirer des chercheurs qui s’intéressent à l’évaluation des compétences dans d’autres disciplines scolaires.

Alors que Randall et associés évaluent l’enseignement de l’éducation physique, Monfette et Grenier s’intéressent au rôle des enseignants associés. Les enseignants avec un fort sentiment d’efficacité personnel (SEP) tendent à s’engager et à persévérer davantage dans la profession. Or, le SEP se développe dès la formation à l’enseignement, notamment dans les stages de formation en milieu scolaire, mais on ignore comment les enseignants associés contribuent à son développement. Pour mieux connaitre les rôles que les enseignants associés s’attribuent dans ce processus, l’auteur a analysé les propos recueillis lors d’entretiens semi-dirigés. Selon Monfette et Grenier, ces enseignants associés s’attribuent une influence sur quatre sources de développement du SEP, soit l’offre d’occasions d’auto-développement, l’échange d’idées, l’établissement de bonnes relations et la transmission de savoirs.

Enfin, un dernier article en français éclaire la situation peu connue des étudiants en formation à l’enseignement professionnel. Les étudiants inscrits dans ces programmes sont surtout recrutés dans les milieux de pratique : boucherie, menuiserie, coiffure, etc. La plupart d’entre eux n’ont pas une formation universitaire (notamment parce que leur spécialité disciplinaire est rarement enseignée à l’université), suivent des cours à temps partiel et ne détiennent pas de tâche d’enseignement. Tardif et Descheneaux, dans leur article, ont entrepris de décrire les grandes tendances du parcours socioprofessionnel des individus en empruntant notamment à Bourdieu un appareil théorique qui permet d’éclairer les choix et stratégies de ces acteurs sociaux, ainsi que les intérêts et contraintes qui expliquent ces choix et stratégies.

Whitley pose un regard différent sur la manière dont il est possible de supporter les étudiants autochtones pour faciliter leur réussite. Tout d’abord, elle situe sa recherche au sein des approches conceptuelles autochtones contemporaines, puis suggère le modèle bioécologique de Bronfenbrenner comme moyen de créer des interactions soutenant le succès académique. Effectuées dans le nord-ouest de l’Ontario, les recherches de Whitley se distinguent par leur souci d’obtenir le point de vue des jeunes autochtones et de leurs enseignants. Les recommandations proposées par le chercheur ne sont pas surprenantes : miser sur les forces de l’élève, développer des programmes signifiants, aider les étudiants à comprendre le lien entre l’éducation et leur carrière future et soutenir les enseignants. Cependant, plus qu’une pertinence culturelle, les étudiants recherchent une éducation qui leur offre des choix et répond à leurs intérêts, voire un enseignement prodigué en langue autochtone. Les enseignants ont identifié le besoin de s’éloigner des «recettes» afin de cibler plus rapidement les intérêts et besoins des étudiants.

S’inscrivant dans un contexte américain, mais tout à fait applicables à plusieurs milieux dans le monde, les recherches de Walker ciblent les facteurs influençant la sous-performance scolaire des garçons au secondaire. Par ce projet de recherche, Walker dévoile une facette méconnue, mais particulièrement importante, de ce phénomène. Elle met en lumière une forme de résistance silencieuse, mais puissante, manifestée par les garçons ayant participé à son étude, en réaction à un programme en grande partie déconnecté de et peu adapté à leurs besoins et aspirations. De manière surprenante, ceux-ci ont développé une identité de «Beta Boy», choisissant de se désinvestir de leurs travaux scolaires, mais réussissant les examens normalisés. Fait intéressant, ces jeunes hommes perçoivent la tâche académique actuelle comme trop peu stimulante pour y mettre les efforts. Les recherches de Walker soulèvent des questions fondamentales en ce qui a trait à l’arrimage des programmes à la vie des étudiants et aident à comprendre les réponses complexes de ceux-ci face à cette problématique.

L’article proposé par Hamden offre un éclairage sur le potentiel de pratiques éducationnelles adaptées à la culture – au sein d’une économie du savoir en constant changement – dans les universités d’Arabie Saoudite. S’intéressant aux inquiétudes relatives à la prédominance d’enseignants non-saoudiens dans les universités privées, elle a effectué des entrevues avec sept enseignants masculins et féminins travaillant à l’éducation supérieure. Ce faisant, elle cherchait à comprendre de quelle manière ceux-ci structurent leurs approches d’enseignement et d’apprentissage pour l’environnement académique saoudien. Hamden propose la pédagogie adaptée à la culture comme un modèle pouvant orienter les enseignants lorsque ceux-ci doivent relever le défi d’utiliser les approches constructivistes dans le contexte de l’Arabie Saoudite ou encore arrimer leurs hypothèses et croyances personnelles aux attentes de leurs étudiants saoudiens. L’étude montre l’utilité de la pédagogie adaptée à la culture et suggère des pistes pour l’appliquer dans le contexte de l’Arabie Saoudite.

TSW, AA et MAE