54-1EditorialPDF

Editorial


M
axwell’s subtle analysis of tensions between Quebec’s impartiality requirement in its Ethics and Religious Culture (ERC) curriculum and teachers’ rights to professional autonomy and religious freedom could not arrive at a more opportune time, as Quebec’s ruling party, the CAQ (Coalition avenir Quebec), moves forward with its proposed “secularism bill” (Bill 21). This discussion is followed by a not unrelated contextual piece, Morales-Perlaza and Tardif’s analysis of the historical and sociological evolution of teacher professional knowledge in Quebec and Ontario. We then turn back to teacher education to ask, with Schnellert and Kozak, what does it mean to support schools and support future teachers, this as applied to literacy teaching? We go on to feature several articles addressing issues of success (and failure) in schools: among multiethnic secondary students in underprivileged neighbourhoods (Bissonnette, Toussaint, Martiny, Fortier, &Ouellet), student responses to two different ways (competencies or grades) of communicating their degree of academic success (Bénit & Sarremejane), and resource teachers’ perceptions of how to best support at-risk secondary students (Granger). While referencing schools in Quebec, the issues and questions raised in these articles carry a much wider resonance nationally and globally. Following on our just published TRC (Truth and Reconciliation Commission) special issue (53-3), inclusion of Gomashie’s article in this general issue signals a return (one we anticipate making or hope to make regularly) to keep asking what needs to follow on the TRC calls for action. Gomashie looks at revitalization of the Kanien’keha / Mohawk Indigenous language in Quebec and Ontario. With this issue, we also welcome Philippe Paquin Goulet, who joins our MJE team as a Managing Editor in training. Philippe is presently a Masters student in the Leadership program at McGill while also being an educational consultant with the Commission scolaire des Patriotes, where he supports and coaches teachers and principals in three areas: ESL, integration and inclusion of immigrant students, and teacher induction.

Maxwell notes that scholarly conversation around Quebec’s impartiality requirement with respect to its ERC curriculum has tended to focus on one of two things: whether impartiality is a defensible pedagogical stance, or how teachers are actually interpreting and enacting the ERC’s stance. Instead, he says, his interest lies in the ERC’s legal and regulatory soundness. In what ways might this mandated curriculum conflict with a teacher’s professional autonomy (as recognized in Education law) and a teacher’s right to religious freedom, as enshrined in the Canadian Charter of Rights and Freedoms? The article provides a subtle analysis of this problem, concluding that the impartiality requirement in the ERC program is “significantly out of joint” with current parameters respecting teachers’ work in Quebec and Canada.

Drawing from a literature review and informed by the neo-Weberian approach of the sociology of professions, Morales-Perlaza and Tardif analyze the historical and sociological evolution of the professional knowledge forming the basis of teacher training in Quebec and Ontario. Their observation of the programs in both provinces enable the identification of a certain number of differences between the two training approaches that may potentially be marked by the sociopolitical and cultural contexts where they take root. The authors conclude that in the 1950s-1960s, a rational theoretical knowledge is implemented in a differentiated manner.

Schnellert and Kozak provide a highly useful account of their university-school collaboration in teaching a literacy methods course on site in a British Columbia school. The course was co-designed with the school district’s literacy coordinator, who is also a co-author on the article. While such collaborations are often undertaken to redress the proverbial theory-practice split (this collaboration being no exception), the initiative also set out to “create dissonance” by situating the collaboration within a “hybrid” emergent space responsive to the several perspectives brought. The authors identify tensions as well as rewards, this as inservice teachers, their students, and preservice teachers co-constructed curriculum through teaching.

Bissonnette et al. analyze how factors influencing educational success and failure are perceived in multiethnic and disadvantaged secondary schools in the Montreal region. A total of 79 interviews were conducted with teachers, parents, school authorities, non-teaching professionals, students, and local community members. Data analysis focused on social and demographic characteristics. The authors discuss factors influencing academic success (e.g., student motivation) or failure (e.g., lack of family support), which can be perceived differently according to gender, age, and the status of participants.

Bénit and Sarremejane’s research describes the evaluation experience as perceived by students at the end of primary school and at the beginning of secondary school in France. There were 462 students who responded to a survey on the ways in which they react to academic scores. The article looks at the effects of two evaluation practices that stand out in students’ responses: competency-based assessment and academic grading. The students are generally afraid of evaluations and focus their efforts to obtain the best results. This perception seems related to the perspective of a future profession.

Granger’s research explores resource teachers’ satisfaction in relation to their roles and duties to support the academic success of students at risk, with special needs, or with learning difficulties. Responses to 164 surveys from Quebecois francophone secondary schools were analyzed in relation to their level of satisfaction with the support they bring to these students and their teachers. Even if the roles of resource teachers were recently better defined, the sustainability of their status remains an important issue. The discussion identifies collaboration challenges with the classroom teacher and the efficacity of student interventions.

Gomashie furnishes an overview of Kanien’keha / Mohawk indigenous language revitalisation efforts in Canada, focusing on community efforts in Quebec and Ontario, even as she usefully situates these initiatives within the larger conversation about Indigenous language revitalization, the impact of residential schools, and the calls for action of the TRC in Canada. While considering challenges to language revitalization, she forefronts the important contributions of certain successful Kanien’keha immersion programs conducted with children as well as those aimed at adults — information that should prove highly useful to others: Indigenous and non-Indigenous scholars, teachers, and community organizations.

Teresa Strong-Wilson, Vincent BOUTONNET & JEROME ST-AMAND


Éditorial


L’analyse toute en subtilité proposée par Maxwell sur les tensions existant entre la posture d’impartialité requise par le programme québécois d’Éthique et culture religieuse et les droits des enseignants à l’autonomie professionnelle arrive à point nommé. En effet, le parti au pouvoir, la CAQ (Coalition avenir Québec), est allé récemment de l’avant avec son projet de loi sur la laïcité de l’état (projet de loi 21). L’article de Morales-Perlaza et Tardif s’inscrit dans un contexte similaire, présentant une analyse de l’évolution historique et sociologique du savoir professionnel des enseignants au Québec et en Ontario. Par la suite, nous nous intéressons à la formation des enseignants, explorant avec Schnellert et Kozak ce que signifie supporter les milieux scolaires et les futurs enseignants dans un contexte d’enseignement de la lecture. Nous poursuivons avec plusieurs articles abordant des problématiques de réussite (et d’échecs) scolaires. Bissonnette, Toussaint, Martiny, Fortier et Ouellet explorent le vécu d’étudiants dans les écoles secondaires pluriethniques et défavorisées. Quant à Bénit et Sarremejane, ils s’attardent à la réaction des élèves à la manière utilisée (évaluation par compétences ou notation scolaire) pour communiquer leurs résultats académiques. Pour sa part, Granger aborde la question des perceptions des enseignants-ressources concernant la meilleure façon de soutenir les élèves à risque au secondaire. Même si les articles publiés dans cette édition font référence à des écoles québécoises, les problématiques et questions mises de l’avant ont une portée nationale et internationale. Dans la foulée de notre plus récente édition portant sur la Commission de vérité et réconciliation (53-3), l’article proposé par Gomashie démontre un nécessaire retour (que nous anticipons ou désirons effectuer sur une base régulière) vers la CVR, au questionnement de ce qui doit être la suite des Appels à l’action. En ce sens, l’article de Gomashie s’intéresse à la revitalisation de la langue mohawk / kanien’keha, langue parlée au Québec et en Ontario. Cette édition coïncide avec la venue au sein de l’équipe de la RSÉM de Philippe Paquin Goulet, directeur de la rédaction en formation. Philippe étudie à McGill à la maîtrise du programme de leadership et travaille comme conseiller pédagogique à la Commission scolaire des Patriotes. Il y soutient des enseignantes et des enseignants ainsi que des directions d’établissement dans trois domaines : l’enseignement de l’anglais langue seconde, l’accueil des élèves immigrants et l’insertion professionnelle du personnel enseignant.

Maxwell souligne que les débats académiques concernant la posture de neutralité exigée par le programme québécois d’Éthique et culture religieuse (ECR) se concentrent habituellement sur deux questionnements. Est-ce que la neutralité est une posture pédagogique défendable? Comment les enseignants interprètent-ils et actualisent-ils cette posture dans leur pratique? Or, Maxwell s’intéresse à la pertinence légale et réglementaire du programme d’ECR. De quelles manières ce programme imposé entre-t-il en conflit avec l’autonomie professionnelle de l’enseignant (tel que reconnu par le droit scolaire) et le droit de l’enseignant à la liberté de religion inscrite à la Charte canadienne des droits et libertés? Dans son article, Maxwell propose une analyse nuancée de la question et conclut que l’exigence de neutralité religieuse du programme d’ECR s’inscrit en porte-à-faux avec les cadres balisant actuellement la pratique enseignante au Québec and Canada.

C’est à partir d’une revue de la documentation, et dans le prisme de l’approche néowébérienne en sociologie des professions, que Morales-Perlaza et Tardif analysent l’évolution historique et sociologique du savoir professionnel à la base de la formation des enseignants au Québec et en Ontario. Leur regard sur les programmes québécois et ontariens permet de paver la voie à l’identification d’un certain nombre de différences entre les deux approches de formation au Québec et en Ontario pouvant être potentiellement marquées par les contextes sociopolitiques et culturels dans lesquelles elles s’enracinent. Les auteurs concluent que dans les années 1950-1960 la mise en place d’un savoir rationnel théorique se réalise de manière différenciée.

Schnellert et Kozak présentent une description extrêmement utile de leur collaboration université-milieu scolaire, vécue dans le cadre d’un cours d’enseignement de la lecture au sein d’une école située en Colombie-Britannique. Ce cours a été élaboré en partenariat avec le coordonnateur en littératie du conseil scolaire, également coauteur de cet article. Comme la plupart de ce type de partenariats, celui de Schnellert et Kozak cherche à remédier au proverbial fossé existant entre la théorie et la pratique. Cependant, ils visent aussi à « créer une dissonance » en choisissant de situer leur collaboration dans un espace « hybride » émergent adapté aux divers points de vue exprimés. Les auteurs relèvent les tensions et les avantages observés au cours du processus de co-élaboration du programme dans un contexte d’enseignement, tel que vécu par des enseignants, leurs élèves et de futurs enseignants.

La recherche de Bissonnette et coll. propose une analyse de la perception des facteurs de réussite et d’échec scolaires dans les écoles secondaires pluriethniques et défavorisées de la région montréalaise. Les données issues de 79 entrevues auprès d’enseignants, de parents, de directions, de professionnels non enseignants, d’élèves et de membres de la communauté locale ont été analysées au regard des relations à leurs caractéristiques sociales et démographiques. Les auteurs discutent de facteurs de réussite (p. ex. la motivation des élèves) ou d’échecs (p. ex. le manque de soutien de la famille) qui sont parfois perçus différemment selon le sexe, l’âge et le statut des participants.

Dans un contexte français, la recherche de Bénit et Sarremejane décrit l’expérience de l’évaluation perçue par des élèves de la fin du primaire et du début du collège. Il y a eu 462 élèves qui ont répondu à un questionnaire sur la façon dont ils réagissent aux verdicts scolaires. L’article traite des effets de deux pratiques évaluatives qui se distinguent dans les réponses : l’évaluation par compétences et la notation scolaire. Les élèves ont généralement peur des évaluations et dédient leurs efforts à obtenir les meilleurs résultats. Cette perception semble relative à la perspective d’un métier futur.

La recherche de Granger explore la satisfaction des enseignants-ressources relative à leurs rôles et fonctions pour soutenir la réussite des élèves à risque, en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage. Les réponses à 164 questionnaires issus d’écoles secondaires québécoises francophones sont analysés au regard de leur satisfaction de l’aide à apporter à ces élèves et à leurs enseignants. Même si les rôles des enseignants-ressources se sont mieux définis récemment, la pérennité de leur statut reste un enjeu important. La discussion relève des défis de collaboration avec l’enseignant de la classe et l’efficacité d’interventions auprès des élèves.

Gomashie dresse un portrait des efforts de revitalisation effectués pour assurer la survie de la langue mohawk / kanien’keha au Canada. Elle s’attarde aux initiatives communautaires déployés au Québec et en Ontario, tout en inscrivant ces démarches dans le contexte plus large de revitalisation des langues autochtones, des impacts des pensionnats amérindiens et des Appels à l’action de la CVR au Canada. Bien qu’abordant les défis inhérents à la revitalisation de la langue, elle met de l’avant les conséquences importantes de quelques programmes en immersion kanien’keka connaissant un succès auprès des enfants et des adultes. Ces informations pourront être utiles à d’autres, qu’ils soient des universitaires, des enseignants ou des organismes communautaires autochtones ou non-autochtones.

Teresa Strong-Wilson, Vincent Boutonnet et Jerome St-Amand