53-3EditorialIDHTML

Editorial


The nine articles in this general issue provide fodder for sustained meditation on creating environments supportive of student — and teacher — learning, as seen from various levels, perspectives, and contexts. These are followed by a timely and provocative MJE Forum on the subject of sexual harassment in the academic workplace / environment, to which submission of responses are encouraged for publication in future issues. We conclude with two Notes from the Field, one from the Australian context, and the second one Carter’s portrait of the teaching of theatre and drama in classrooms across Canada: a French translation (by popular demand) of an English Note originally published in the MJE in 2014.

With increasing attention to creating environments in education characterized by health and wellness, Jean-Pierre and Parris-Drummond’s literature review is timely. They searched for scholarly and professional publications published in the United States, the United Kingdom, and Canada between 1996 and 2016 that presented alternative, non-punitive school practices. Selecting 72 publications, they were especially interested in articles that drew on theoretical frameworks emphasizing empowerment or opportunities-to-learn, and that could offer practical implications for the classroom and school. The review provides a highly useful thematic and critical analysis of the selected articles.

Also on the subject of health and wellness, here in higher education, Meunier-Dubé and Marcotte surveyed 211 college students to measure the occurrence of cognitive vulnerabilities and depressive symptoms manifested before and during their transition from secondary school to college. As of the first year, 6,2% of surveyed students reported moderate to severe depression symptoms. Although a higher number of female students reported signs of depression, there does not seem to be any significant gender-related differences in terms of academic and social adaptation. The authors discuss how cognitive vulnerabilities may predict adaptation in this context.

In a somewhat related vein, Leduc, Kozanitis, and Lepage are interested in the cognitive involvement of postsecondary students. This involvement is defined as the use of studying and learning strategies that aim for a relatively good understanding of notions addressed in the classroom. The authors translate, adapt, and seek to validate the Cognitive engagement scale survey, widely used in anglophone settings. Their questionnaire, adapted with a counter-translation method, received responses from 647 college and university students from Quebec. The research examines the quality of the survey translated and transposed to a francophone setting.

For their part, administrators, policy-makers, and educators working in the Ontarian context may be interested to read Segedin’s evaluation of the impact of the Specialist High Skills Majors (SHSM) program on student outcomes. Comprising the third phase of the Student Success Strategy, the initiative was intended to provide students with flexible alternatives in developing their career pathways. Segedin’s interest stemmed from her work in schools with students who were at risk of dropping out. The article describes the study that Segedin conducted, which involved analysis across student achievement data, school visits, and interviews with teachers and administrators at selected schools. Segedin concludes that the program is beginning to make a difference, even as she also flags areas for improvement.

The Myara article provides a historical portrait of pedagogical intervention plans used to support students with disabilities or with adaptation or learning difficulties in Quebec. By drawing from a literature review, she discusses the elaboration, the implementation, and the revision of an intervention plan in order to guide new practices using this tool. Indeed, practices remain varied and far from being optimal due to time and cost-related constraints related to the development, acquisition, and use of an intervention plan as well as the training and collaboration of different actors.

Perhaps whatever change in education needs to happen should strive to begin early on: in the primary or Kindergarten classroom.

Villeneuve-Lapointe and Charron’s action-research describes second grade teachers’ implementation of invented spelling. Five teachers were first trained to integrate these new practices. Then, the researchers observed each teacher’s classroom twice. The results indicate that because of these new practices, the students were able to verbalize their knowledge of the language. The teachers also created numerous links with other words, notions, and spelling strategies. The authors discuss favorable conditions to spelling practices that can develop writing competencies during the first cycle of primary school.

How can teachers become more attuned to the gifts not just that students but that families bring to the Kindergarten classroom? Preston, McPhee and Roach O’Keefe conducted a study with 62 Kindergarten teachers on Prince Edward Island — a robust sample representing 94% of all Kindergarten teachers on the island — in which they asked teachers about how parents were involved in their classrooms and challenges parents faced in becoming involved. In the article, they summarize their analysis of the teachers’ responses, positing “family vibrancy” as a needed approach and change in mindset for teachers to draw on families’ strengths in encouraging their involvement in their children’s learning in and outside of the classroom.

Professional development, in teacher education and with practicing teachers, remains a key focus — here, effective integration of new technologies using such tools as online communities of practice and the implications of research on implementing effective FSL programs.

Tremblay and Dion Routhier are interested in the professional development of teachers who seek to integrate new technologies. The authors collected their data during a university training that focused on knowledge co-creation through the use of an online forum and the subsequent establishment of a community of practice. The discussion of the results highlights engagement factors of an online community of practice for professional development. Three dimensions are identified and analyzed with regards to the integration of new technologies: accessibility, participation, and recognition.

Arnett’s longitudinal case study examines four new French as a second language (FSL) teachers’ beliefs regarding the best and worst FSL program for English language learners and students with learning difficulties. Semi-structured interviews took place at the end of participants’ Bachelor of Education programs. Participants preferred the French immersion (FI) program as means of gaining French proficiency. Where participants were grounded in their beliefs of scientific concepts of pedagogy, this study revealed that these beliefs were less likely to change over time when not accompanied by lived experiences. The fact that in several of the responses, participants focused on the nature of a student’s disability as a factor in teacher decision-making revealed some areas of concern for ensuring that students with LDs are meaningfully included in the FSL classroom.

“Call It by Its Name” is the advice — and title — that Hurren gives to her highly useful glossary of terms (obfuscations included) tied to the perpetuation of cultures of sexual harassment among faculty members in the academic workplace. Timely given the openings created through the #MeToo movement, this MJE Forum piece represents a provocative, cogent, and creative interruption to this culture by sharing pertinent information in the form of a glossary. We at the MJE (along with Hurren) encourage responses, which can be published in subsequent MJE issues. Responses can assume various forms (see http://mje.mcgill.ca/about/editorialPolicies#sectionPolicies). Ideas include: More or different glossary terms to share? A video, cellphilm or podcast response? A book review? A story? A critique? A different analysis of the issue?

Hailing from Monash University, Russo’s Note draws on experiences from the classroom, introducing cognitive load theory to outline a useful process through which students can become effective peer tutors in the classroom, especially in the area of math.

In the Notes from the Field entitled “Enseignement du théâtre et de l’art dramatique au Canada : un portrait,” Carter exposes a highly relevant perspective on theatre and dramatic arts education in Canada. The author identifies elements that warrant further reflection to enable schools to better teach this subject matter. By raising the idea that it would be wise to systematically teach theater and the dramatic arts at the primary and secondary levels, the author raises, by ricochet, the importance of properly training the next generation of teachers. Carter’s positioning of this topic is intimately tied to her understanding of herself, to the elaboration of a community of learners, as well as to the development of its resilience.

Teresa Strong-Wilson, Vincent BOUTONNET, JEROME ST-AMAND & MINDY CARTER



Éditorial


Les neuf articles composant cette édition régulière permettent de nourrir une réflexion soutenue sur la mise en place d’environnements favorables à l’apprentissage des étudiants — et des enseignants — telle qu’observée à différents niveaux et points de vue ainsi que dans divers contextes. S’ajoute à ceux-ci un texte à-propos et provocateur portant sur le harcèlement sexuel dans les milieux de travail et environnement universitaires présenté dans la section du Forum RSÉM. Nous vous invitons à réagir à ce texte afin de publier vos réponses au sein d’éditions futures. Cette publication se termine avec deux Notes du terrain. La première met en lumière le contexte australien. Quant à l’autre, il s’agit du portrait de l’enseignement du théâtre et de l’art dramatique dans les classes au Canada réalisé par Carter : une note initialement publiée en anglais dans la RSÉM en 2014 et publiée cette fois en français, à la demande générale.

Dans le contexte de l’attention croissante accordée à la mise en place d’environnements éducatifs privilégiant la santé et le bien-être, la revue de la littérature de Jean-Pierre et Parris-Drummond arrive à point nommé. Ceux-ci ont recensé les écrits académiques et professionnels publiés aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada entre 1996 et 2016 et présentant des pratiques scolaires alternatives et non-punitives. Pour sélectionner les 72 publications, ils ont ciblé avec une attention particulière les cadres théoriques mettant l’emphase sur la responsabilisation ou les opportunités d’apprendre et pouvant avoir une incidence concrète en classe ou au sein d’une école. La revue offre une analyse thématique très utile et critique des articles sélectionnés.

Abordant également le thème de la santé et du bien-être, mais aux cycles supérieurs, la recherche de Meunier-Dubé et Marcotte ont utilisé deux questionnaires auprès de 211 étudiantes et étudiants au collégial afin de mesurer la présence des vulnérabilités cognitives et des symptômes dépressifs avant et pendant la transition du secondaire au collégial. Dès la première année, 6,2 % des étudiants de l’échantillon rapportent présenter des symptômes dépressifs modérés à sévères. En outre, il ne semble pas y avoir de différences significatives reliées au genre quant à l’adaptation académique et sociale même si un nombre plus élevé d’étudiantes déclarent présenter des signes de dépression. Les auteurs discutent alors de la prédiction sur l’adaptation relative à certaines vulnérabilités cognitives.

Dans un même ordre d’idées, Leduc, Kozanitis et Lepage s’intéressent à l’engagement cognitif des étudiants postsecondaires. Cet engagement se définit par le déploiement de stratégies d’étude et d’apprentissage qui visent une maitrise plus ou moins élevée des notions abordées durant les cours. Cet article traduit, adapte et valide le questionnaire Cognitive Engagement Scale largement utilisé en contexte anglophone. Leur questionnaire, adapté avec une méthode de contre-traduction, ont reçu les réponses de 647 étudiants québécois issus de différents collèges et universités. La recherche traite alors de la qualité de cet outil traduit et transposé en contexte francophone.

Les administrateurs, décideurs et enseignants œuvrant en contexte ontarien pourraient être intéressés par l’article de Segedin, dans lequel elle évalue l’incidence du programme Majeure Haute Spécialisation (MHS) sur les résultats académiques des élèves. S’inscrivant dans la Phase 3 de la Stratégie visant la réussite des élèves, cette initiative a été mise sur pied pour offrir des alternatives de développement flexibles aux étudiants en termes de cheminement de carrière. Segedin a développé un intérêt pour cette problématique suite à son travail auprès d’étudiants présentant un risque de décrochage. L’article décrit la recherche menée par Segedin au moyen d’analyses de résultats d’élèves, de visites d’écoles et d’entrevues réalisées avec des enseignants et des directeurs de milieux scolaires sélectionnés. En conclusion, Segedin souligne que le programme commence à faire une différence et soulève certains aspects nécessitant une amélioration.

L’article de Myara dresse un portrait historique des plans d’intervention scolaires utilisés pour l’accompagnement des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage au Québec. Elle discute de l’élaboration, de la mise en œuvre et de la révision d’un plan d’intervention en puisant dans une recension des écrits afin de guider de nouvelles pratiques dans les usages de cet outil. En effet, les pratiques restent variées et loin d’être optimales en raison du temps et des coûts encourus pour le développement, l’acquisition, l’utilisation du plan d’intervention ainsi que la collaboration et la formation des différents intervenants.

Et si les changements rendus incontournables en éducation devaient se matérialiser le plus tôt possible, dans les classes du primaire et du préscolaire?

La recherche-action de Villeneuve-Lapointe et Charron décrit la mise en œuvre de pratiques d’orthographes approchées d’enseignantes de deuxième année du primaire. Cinq enseignantes ont participé à une formation afin de favoriser l’intégration de ces nouvelles pratiques. Les chercheures ont ensuite observé à deux reprises chaque classe de ces enseignantes. Les résultats indiquent qu’en raison de ces nouvelles pratiques, les élèves sont en mesure de verbaliser leurs connaissances sur la langue. Les enseignantes créent également de nombreux liens avec d’autres mots, notions et stratégies orthographiques. Il est alors discuté des conditions favorables aux pratiques d’orthographes approchées pour développer la compétence en écriture au premier cycle du primaire.

De quelle manière les enseignants peuvent-ils devenir plus ouverts non seulement à la contribution de chaque élève à la classe de maternelle, mais également à celle des familles? Preston, McPhee et Roach O’Keefe ont piloté un projet de recherche auprès de 62 enseignants du préscolaire de l’Île-du-Prince-Édouard — un échantillon fiable représentant 94 % du bassin d’enseignants du préscolaire de l’Île-du-Prince-Édouard. Ils leur ont demandé de quelle façon les parents s’impliquaient en classe et les défis rencontrés par ceux-ci lorsqu’ils s’impliquaient. Dans cet article, les auteurs résument leur analyse des réponses des enseignants et décrivent l’ouverture à la « vitalité de chaque famille » comme une orientation nécessaire. Ils soulignent également que la mentalité des enseignants doit évoluer pour profiter des forces des familles, en encourageant leur implication dans l’apprentissage de leur enfant, à l’intérieur comme à l’extérieur de la classe.

Le développement professionnel, celui des futurs enseignants comme celui des enseignants en fonction, demeure une priorité. Nous nous intéressons ici à l’intégration efficace des nouvelles technologies en utilisant des outils comme les communautés de pratique en ligne et les enjeux de la recherche dans la mise en place de programmes efficaces de français langue seconde (FLS).

Tremblay et Dion Routhier s’intéressent au développement professionnel d’enseignantes et d’enseignants visant à intégrer les nouvelles technologies. Les auteures ont collecté leurs données dans le cadre d’une formation universitaire misant sur la coélaboration des connaissances grâce à l’usage d’un forum et la mise en place d’une communauté de pratique ultérieure. La discussion des résultats relève les facteurs d’engagement à une communauté de pratique en ligne pour le développement professionnel. Trois dimensions sont identifiées et analysées au regard de l’intégration de nouvelles technologies : l’accessibilité, la participation et la reconnaissance.

Dans le cadre de son étude de cas longitudinale, Arnett s’intéresse aux croyances de quatre nouveaux enseignants de français langue seconde (FLS) en ce qui a trait aux meilleurs et pires programmes FLS offerts aux apprenants de langue anglaise et aux élèves éprouvant des difficultés d’apprentissage. En menant des entrevues semi-structurées avec les participants à la fin de leur programme de baccalauréat en éducation, Arnett a réalisé que ceux-ci préfèrent le programme d’immersion française (IF) comme véhicule d’apprentissage du français. Lorsque les participants croient fermement aux concepts scientifiques de la pédagogie, l’étude démontre qu’à moins qu’ils vivent des expériences, il est peu probable que leurs croyances évoluent au fil du temps. Le fait que dans plusieurs des réponses les participants aient mentionné la nature des difficultés d’un élève comme facteur dans leur processus décisionnel soulève des inquiétudes sur l’inclusion authentique en classe de FLS des élèves éprouvant des difficultés d’apprentissage.

« Appeler les choses par leur nom » est le conseil et le titre donné par Hurren à son très utile glossaire des termes (zones d’ombre incluses) liés à la pérennisation de la culture d’harcèlement sexuel au sein des membres du corps professoral. Dans la foulée de l’ouverture générée par le mouvement #MoiAussi, ce texte du Forum RSÉM tout à fait opportun constitue un arrêt provocateur, convaincant et créatif à cette culture en partageant des informations pertinentes sous forme de glossaire. Nous, membres de l’équipe de la RSÉM (tout comme Hurren), vous encourageons à réagir à ce texte, afin de publier quelques-unes de vos réponses dans des éditions ultérieures de la RSÉM. Ces réponses peuvent prendre diverses formes (voir http://mje.mcgill.ca/about/editorialPolicies#sectionPolicies). Parmi celles-ci, voici quelques idées : Des termes différents ou additionnels à partager? Une vidéo, un cellphilm ou une balado? Une critique de livres? Une anecdote? Des commentaires? Une analyse différente de la problématique?

En provenance de la Monash University, Russo se base sur les expériences vécues en classe pour introduire la théorie de la charge cognitive, mettant en lumière un processus utile par lequel les étudiants peuvent devenir des tuteurs efficaces pour leurs pairs en classe, particulièrement dans le domaine des mathématiques.

Dans la note de terrain intitulée « Enseignement du théâtre et de l’art dramatique au Canada : un portrait », Carter expose un point de vue fort pertinent sur l’enseignement du théâtre et de l’art dramatique au Canada, notamment en cherchant à dégager des éléments de réflexion pouvant aider les milieux scolaires à se positionner par rapport à son enseignement. En soulevant l’idée qu’il serait judicieux d’enseigner systématiquement le théâtre et les arts dramatiques au primaire et au secondaire, l’auteure soulève, par ricochet, l’importance de bien former la relève enseignante. La place que Carter octroie à cette thématique est intimement liée à la compréhension de sa propre personne, à l’élaboration de communautés d’apprenants, ainsi qu’au développement de sa résilience.

Teresa Strong-Wilson, Vincent Boutonnet, Jerome St-Amand et Mindy Carter