53-1EditorialIDHTML

Editorial

The current issue features several articles focused on Indigenous education, one on the perspectives of immigrant students, and another on socioeconomic factors and academic success. Two articles look at misconceptions in education: in teacher formation (discourses surrounding teacher identity, especially the practicum) and educational policy (discourses surrounding the child). Two articles explore issues related to mathematics education.

Physical education is often sidelined in discussions of how to make the curriculum more inclusive. Barrett and Cherubini compile the perspectives of nine Aboriginal teacher candidates at an Ontario university, using reflective journals and a culturally sensitive research design. Overall, the candidates spoke to feelings of marginalization or irrelevance with respect to the curriculum, and how the use of culture and the involvement of elders could help make Aboriginal students’ experiences of physical education more positive. One candidate summarized: “Long ago our people were very active. They walked long ways to get to their traditional lands for the winter seasons and traveled back many miles in the spring to the gathering area…I will help teach our people how to live healthier lifestyles.”

For their part, Stagg Peterson, Jang, San Miguel, Styres, and Madsen interviewed five Aboriginal Head Start early childhood educators from a northern community in Canada. The article reports on one part of a larger, longitudinal study involving teachers and children in northern Indigenous and rural communities across four provinces. Participants spoke to the importance of language, which is closely tied to Indigenous knowledge. They also spoke to the centrality of extended family. They emphasized that children are gifts to the world. They stressed the importance of the land and the need to develop a de-colonizing approach to early education.

Lévesque’s research describes the teaching practices in social studies that are evolving at the Kateri Tekakwitha primary school on the Kahnawake Mohawk reserve. These practices are based in Indigenous culture, mostly Mohawk. The declared pedagogical techniques are typically teacher-centric, and storytelling is the most valued didactic tool. Furthermore, pedagogical storytelling draws from family oral tradition.

Kanouté, Hassani, and Bouchamma’s research proposes a mixed approach to describe perseverance barriers and facilitators of university students who are permanent residents and who recently immigrated to Quebec. The analysis of an online survey and interviews illustrates that the recently immigrated students experience an interlocking of acculturation stress and academic stress. Many factors are evoked, including transactions with institutional resources, course content and organization, and learning French and English.

Arapi, Pagé, and Hamel propose a metasynthesis of the potential links between parental involvement, family socio-economic status, and academic success. The authors first analyze the theoretical constructs of the concepts. Then, they compare numerous studies to highlight certain links. However, since the impact of socio-economic status on academic success is mostly determined by the variables selected to evaluate the status, the impact of parental involvement or homework help will vary according to the studies analyzed.

Children’s perceived (mis)behaviours are often pathologized within society and the school system, deeply informing policy and practice. Janzen and Schwartz critically analyzed a provincial policy document advising schools on how to frame their codes of conduct. Using a poststructuralist lens and foregrounding an ethics of care, they analyze how the child is constructed through discourse in reifying and thus limiting ways, exploring alternatives to prevailing interpretations of behaviour and starting to map out ethical engagements with children.

Limitations with teacher formation begin with teacher education’s projection of the myth / belief / fantasy (under neoliberalism) that teacher agency is entirely within the control of the teacher. In exploring what they call the “chiastic complexity” of agency in teacher education, Phelan and Rüsselbaek Hansen provide three readings-- existential, ethical, and psychoanalytical — of “Cari’s” experience of student teaching. Cari’s experience represents a “re-storying” of actual “truths” experienced by Cari and by her university supervisor. Each of the various readings of Cari’s narrative undermines what we think we know about agency and teacher education and offers alternative possibilities: ones that encourage teacher candidates to bring out, so as to critically look at, their fantasies.

Anwandter Cuellar, Lessard, Boily, and Mailhot’s study describes and analyzes preschool students’ manipulation of mathematical equivalence (=). Many activities and strategies are proposed to students who manifest an emergence of algebraic thinking at very young age. Some strategies seem more efficient than others. The authors highlight the relevance of integrating equivalence at the preschool level since the concept supports algebraic thinking associated to the equality symbol.

Barallobres examines the neurosciences that seem to claim a superior status and whose goal is to become the foundation of a large part of educational fields. Specifically, the analysis is based on the teaching of mathematics and neurodidactics. Many explicit or implicit theoretical foundations proposed by neurodidactics are unpacked in order to delineate the scope of certain results in terms of their applicability to teaching scholarly knowledge, and in particular, mathematical knowledge.

Finally, Botondo’s Note from the field takes stock of research conducted in Haiti with disadvantaged students. By using an ethnographical research methodology, whose undeniable contribution to the research Botondo clearly illustrates, this study aimed to identify specific student actions, inside and outside of the classroom, that can influence academic success. The description of this research, at times reflexive, demonstrates the extent to which ethnography can be very useful to “live” a phenomenon under study.

Teresa Strong-Wilson, Vincent Boutonnet & Jerome St-Amand

Éditorial

Le présent numéro comprend plusieurs articles portant sur l’éducation autochtone, l’un sur les perspectives des élèves immigrants et l’autre sur les facteurs socioéconomiques et la réussite scolaire. Deux articles traitent des idées fausses dans le domaine de l’éducation : dans la formation des enseignants (discours sur l’identité des enseignants, en particulier avec les stages) et dans les politiques éducatives (discours sur l’enfant). Deux articles traitent de questions liées à l’enseignement des mathématiques.

L’éducation physique est souvent mise de côté dans les discussions sur la façon de rendre le curriculum plus inclusif. Barrett et Cherubini compilent les points de vue de neuf étudiantes et étudiants autochtones dans une université ontarienne à l’aide de journaux réflexifs et d’un plan de recherche adapté à leur culture. Dans l’ensemble, les candidats ont parlé des sentiments de marginalisation ou d’inutilité par rapport au programme d’études et de la façon dont l’utilisation de la culture et la participation des aînés pourraient contribuer à rendre les expériences des élèves autochtones en éducation physique davantage positives. Un candidat résume : « Il y a longtemps, notre peuple était très actif. Ils ont parcouru de longues distances à pied pour se rendre sur leurs terres ancestrales pendant l’hiver et ont parcouru de nombreux kilomètres au printemps jusqu’à l’aire de rassemblement... Je vais aider notre peuple à apprendre à adopter un mode de vie plus sain. »

Pour leur part, Stagg Peterson, Jang, San Miguel, Styres et Madsen ont interviewé cinq éducatrices et éducateurs de la petite enfance autochtones d’une communauté nordique du Canada. L’article fait état d’une partie d’une étude longitudinale plus vaste à laquelle ont participé des enseignants et des enfants des communautés autochtones et rurales du Nord dans quatre provinces. Les participants ont parlé de l’importance de la langue, qui est étroitement liée au savoir autochtone. Ils ont également parlé du rôle central de la famille élargie. Ils ont insisté sur le fait que les enfants sont des cadeaux pour le monde. Ils ont souligné l’importance de la terre et de la nécessité d’élaborer une approche de décolonisation de l’éducation préscolaire.

La recherche descriptive de Lévesque s’intéresse aux pratiques d’enseignement en univers social qui évoluent sur la réserve mohawke de Kahnawake à l’école primaire Kateri Tekakwitha. Ces pratiques sont fondées sur la culture amérindienne et surtout mohawk, les techniques d’enseignement déclarées sont surtout magistrocentrées et l’outil didactique le plus prisé est le récit. En outre, le récit magistral s’appuie sur la tradition orale souvent tirée du répertoire familial.

La recherché de Kanouté, Hassani et Bouchamma propose une approche mixte afin de décrire les facteurs qui freinent ou facilitent la persévérance aux études universitaires d’étudiants résidents permanents récemment immigrés au Québec. L’analyse d’un questionnaire en ligne et d’entretiens illustrent que les étudiants récemment immigrés conjuguent stress d’acculturation et stress académique. Plusieurs éléments sont évoqués dont les transactions avec les ressources institutionnelles, le déroulement des cours et la maitrise du français et de l’anglais.

Arapi, Pagé, et Hamel proposent une métasynthèse sur les liens possibles entre l’implication parentale, le statut socio-économique de la famille et la réussite scolaire. Il est d’abord proposé une analyse des construits théoriques au regard de ces concepts. De nombreuses recherches sont comparées afin de dégager des liens plus évidents. Cependant, l’impact du statut socio-économique sur la réussite scolaire est surtout déterminée par les variables choisies pour évaluer ce statut. Pour la même raison, l’implication parentale ou l’aide aux devoirs ne sont pas aussi déterminants selon les recherches analysées.

Les (mauvais) comportements perçus par les enfants sont souvent pathologisés au sein de la société et du système scolaire, ce qui éclaire profondément les politiques et les pratiques. Janzen et Schwartz ont analysé d’un œil critique un document de politique provinciale qui conseille les écoles sur la façon de formuler leurs codes de conduite. Utilisant une perspective poststructuraliste et mettant au premier plan une éthique des soins, ils analysent comment l’enfant est construit par le discours en réifiant et limitant, en explorant des alternatives aux interprétations courantes du comportement et en commençant à élaborer des engagements éthiques avec les enfants.

Les limites de la formation des enseignants commencent par la projection du mythe, de la croyance et de la fantaisie (sous le néolibéralisme) que l’agentivité des enseignants est entièrement sous le contrôle de l’enseignant. En explorant ce qu’ils appellent la « complexité chiastique » de l’agentivité dans la formation des enseignants, Phelan et Rüsselbaek Hansen donnent trois lectures — existentielle, éthique et psychanalytique — de l’expérience de « Cari » dans l’enseignement des élèves. L’expérience de Cari représente un « récit » des « vérités » réelles vécues par Cari et par son superviseur universitaire. Chacune des différentes lectures du récit de Cari sape ce que nous pensons savoir sur l’agentivité et la formation des enseignants et offre des possibilités alternatives : celles qui encouragent les étudiants à faire ressortir, de façon critique, leurs fantasmes.

La recherche de Anwandter Cuellar, Lessard, Boily et Mailhot décrit et analyse la manipulation de l’équivalence (=) mathématique par des élèves au préscolaire. Plusieurs activités et stratégies sont proposées aux élèves qui manifestent une émergence de la pensée algébrique même à un très jeune âge. Certaines stratégies semblent plus efficaces que d’autres. Les auteures évoquent alors la pertinence d’intégrer l’équivalence aussi tôt puisqu’elle soutient la compréhension algébrique associée au symbole d’égalité.

Barallobres examine les neurosciences qui semblent prétendre au statut de « science mère » dont le but est de fonder une grande part des champs de l’éducation. En particulier, l’analyse se fonde sur l’enseignement des mathématiques et la neurodidactique. Plusieurs fondements théoriques explicites ou implicites proposés par la neurodidactique sont décortiqués afin de délimiter la portée de certains résultats en termes d’application à l’enseignement de savoirs scolaires, en particulier les savoirs mathématiques.

Enfin, la Note de terrain rédigée par Botondo fait le point sur une recherche menée préalablement en Haïti avec des élèves défavorisés. En s’appuyant sur une méthodologie de recherche de type ethnographique dans laquelle Botondo illustre son apport indéniable à la recherche, cette étude visait à identifier des actions spécifiques affichées par les élèves, autant en classe qu’à l’extérieur de celle-ci, qui peuvent avoir une influence sur leur réussite scolaire. La description de cette recherche, parfois sous forme d’analyse réflexive, montre à quel point l’ethnographie peut être très utile pour « vivre » de l’intérieur un phénomène à l’étude.

Teresa Strong-Wilson, Vincent Boutonnet et Jerome St-Amand