51-3EditorialIDHTML

EDITORIAL: What is Learning in a Professional Teacher Education Program?


This special issue of the McGill Journal of Education features research articles, Notes from the Field, and book reviews intended to address several difficult questions that probe the nature of current and future teacher education:

  • What can and should teacher education programs look like in order to prepare new professionals with meaningful experiences, ideas, and ways of learning?
  • How can programs create the conditions for new and practicing teachers to be: (1) critical of existing processes and systems; (2) creative in ways they shape their pedagogy and utilize resources; (3) mindful of diverse ways in which learners learn; (4) innovative as they gain more understanding of today’s learners; and (5) more capable of guiding students and enabling them all to experience success for their current and future lives — in short, to transform the educational system in which they will be working?
  • What is the role of teacher educators in shaping professional programs differently as they learn to respond to the rapidly changing environments in which teachers and students are working and the new ways in which they are learning?

In response to these questions, the wide range of scholarly perspectives in this special issue has contributed to a rich representation of teaching and learning. As we pointed out in our original call, teacher education is undergoing a transformation in response to diverse demands expected of current and future teachers; however, this special issue explores much more than programmatic perspectives of teacher education. Instead, the authors have delved into learning in teacher education. We know that cognitive skills remain the simplest to teach and test; they are also the easiest to automate and outsource, making traditional approaches to learning less and less viable in preparing the next generation of learners. Education can no longer focus on the reproduction of content knowledge; instead education in the network information age must evolve to make engagement in learning central, acknowledge and incorporate social and emotional learning, and promote connectedness between subjects and communities (Ontario Ministry of Education, 2014; Sanford, Hopper, & Starr, 2015).

Emerging from the backdrop of 21st century learning — which challenges fragmented, individualistic, didactic, competitive, “fixed” mindsets and instead offers holistic, interconnected, collaborative, inquiry-based “growth” mindsets — this MJE special issue presents research, discussion, and commentary that is illustrative of more robust and effective ways to support the learning and growth of new teachers in preparing the next generations of learners with different needs, interests, and talents. Our impetus in this comes from the recognition that we seldom stop to consider what learning really means in relation to teacher education, or where learning happens, as we work to prepare well-rounded professionals for a future that we cannot yet fully envision. If teacher education programs are to respond to the complex and diverse needs of the profession, of those newly entering the profession and the children / youth who currently live hopefully within our educational institutions, we need to understand the conditions that best enable learning to become and evolve as a teacher, as well as consider whose voices need to be heard as we reimagine our programs.

In the nine articles included in this special issue of MJE, authors situated from across Canada present research from a multitude of important perspectives on the nature of learning in teacher education. Starting on the west coast, Egan, Bullock and Chodakowski, from Simon Fraser University, discuss how teaching imaginatively could change the landscape of learning in teacher education. In response to the fragmentation of theoretical and practical knowledge in teacher education, Hopper, Sanford, and Fu, from the University of Victoria, discuss how electronic portfolios provide a common thread for students to explore their professional learning.

Moving east to the prairies, Huber, Desrocher, Farmer, McKenzie-Roblee, and Reid, from the University of Alberta, share the narrative explorations of early career teachers’ interactions with families. Emerging from their research were themes that inform how education may open spaces and conversations that strengthen the interactions between early career teachers and families. Webber and Miller, from the University of Saskatchewan, present a literature review that speaks clearly of some of the dilemmas faced by teacher education worldwide. Their review draws attention to the tensions between philosophical understandings of education and pedagogies informed by social constructivism and the discipline-based knowledge and subject-specific methodologies that often characterize teacher education.

From central Canada, McLean and Truong-White, in a case study drawing on Magolda’s framework of self-authorship, share their investigation of how teacher candidates at the University of Ottawa have self-authored their identities as civic educators through their experience of developing and delivering citizenship learning modules as part of the national youth leadership program, Encounters with Canada. Also from the University of Ottawa, Bouchard, Hollweck, and Smith present a case of the use of circling in pre-service teacher education courses as a means for reinforcing safe learning spaces, creating connection, and fostering authenticity. Through the use of critical autoethnography, Benoit, from McGill University, shares how memory work can serve as a tool for personal and professional growth in the context of teacher identity.

Moving to the east coast, Wiebe and Casely-Smith, in their work with Prince Edward Island teachers on a new literacy framework, share understandings of developing their art, research, and teaching as practitioner-based a/r/tographers working as teacher educators. Kyte from Cape Breton University examines the effects of mindfulness and meditation with practicing teachers in an inner city school to determine whether practices of this nature could contribute to sustainable sense of self, sustainable happiness, and well-being for practicing teachers and pre-service teachers.

In the Notes from the Field, authors explore a range of important perspectives connected to the nature of teaching and learning in professional teacher education programs. Rushton and Webb discuss the complex nature of how inquiry practices as well as professional practice are changing in response to provincial curriculum reform in British Columbia. Through the lens of personal and professional experience with traditional and online education, Vininsky and Saxe probe the advantages and disadvantages of each, leading to a proposed hybrid teacher education program informed by the Universal Design for Learning (UDL) framework that utilizes the best facets of both traditional and online mediums. In our final Note from the Field, Doerksen presents a discussion of pre-service teachers’ engagement in critical citizenship and social imagination based on the powerful statement: when 21st century pre-service teacher education looks inward rather than only forward and outward, we learn to live in the 21st century rather than envision it.

Lisa Starr McGill University

Kathy Sanford University of Victoria

References

Action Canada. (2013). Future tense: Adapting Canadian education systems for the 21st century. An Action Canada task force report. Retrieved from http://www.actioncanada.ca/wp-content/uploads/2014/04/TF2-Report_Future-Tense_EN.pdf

Ontario Ministry of Education. (2014). 21st century teaching and learning: What research tells us. Ottawa, ON: Government of Ontario.

Sanford, K. S., Hopper, T. H., & Starr, L. J. (2015). Transforming teacher education thinking: Complexity and relational ways of knowing. Complicity: An International Journal of Complexity and Education, 12(2), 26-48. Retrieved from http://ejournals.library.ualberta.ca/index.php/complicity/article/view/23817/19184

Schleicher, A. (2014). The case for 21st-century learning. Retrieved from http://www.oecd.org/general/thecasefor21st-centurylearning.htm




ÉDITORIAL : qu’est-ce que l’apprentissage dans un programme de formation professionnelle destiné aux enseignants ?


Ce numéro thématique de la Revue des sciences de l’éducation de McGill présente des articles de recherche, des Notes du terrain ainsi que des critiques de livres ayant pour objectif d’explorer plusieurs problématiques complexes qui explore la nature de la formation actuelle et future des enseignants :

  • Quelle forme les programmes de formation des maitres peuvent et doivent-ils prendre pour transmettre aux nouveaux professionnels un bagage d’expériences, d’idées et de manières d’apprendre signifiantes ?
  • Comment les programmes peuvent-ils mettre en place les conditions faisant en sorte que les enseignants en devenir et en exercice soient : (1) critiques des processus et systèmes existants ; (2) créatifs dans l’élaboration de leurs pratiques pédagogiques et dans leur utilisation des ressources ; (3) ouverts aux diverses manières d’apprendre ; (4) innovateurs alors qu’ils développent une meilleure compréhension des étudiants actuels ; et (5) mieux outillés pour guider les étudiants et leur permettre de vivre des succès dans leurs vies présente et future — en somme, pour transformer le système éducationnel au sein duquel ils évolueront ?
  • Quel est le rôle de ceux qui forment les enseignants dans l’élaboration de programmes professionnels évoluant pour répondre aux rapides changements des milieux dans lesquels œuvrent les enseignants et les étudiants et à leurs nouvelles manières d’apprendre ?

Répondant à ces interrogations, la grande variété de points de vue présentés dans ce numéro thématique trace un portrait riche de l’enseignement et de l’apprentissage. Tel que précisé dans notre première appel de communications, la formation des maitres vit de profondes transformations en réponse aux attentes diverses envers les enseignants en exercice et en devenir. Cependant, ce numéro thématique explore bien davantage que des considérations d’élaboration de programmes en enseignement. En fait, les auteurs ont plongé au cœur de l’apprentissage en formation des maitres. Nous savons que les aptitudes cognitives demeurent l’aspect le plus simple à enseigner et à tester. Elles sont également les plus faciles à automatiser et à sous-traiter. Par conséquent, les approches traditionnelles sont de moins en moins pertinentes pour préparer la prochaine génération d’apprenants. L’éducation ne peut plus être axée sur la reproduction de connaissances liées à un contenu. En notre ère de réseau de l’information, l’éducation doit évoluer et mettre l’implication de l’apprenant au centre du processus d’apprentissage. Celle-ci doit reconnaître et incorporer les dimensions sociales et émotionnelles de l’apprentissage et promouvoir les liens entre les matières et les communautés (ministère de l’Éducation de l’Ontario, 2014 ; Sanford, Hopper et Starr, 2015).

Ce numéro thématique de la RSÉM s’inscrit dans la mouvance du 21e siècle. Il reflète le contexte d’apprentissage qui y est associé, celui qui remet en question les mentalités « figées », fragmentées, individualistes, bien-pensant et compétitives et privilégie des approches « plus évoluées », globales, interdépendantes, collaboratives et basées sur la recherche. Ce numéro propose des recherches, discussions et commentaires qui font état de manières plus rigoureuses et efficaces pour soutenir l’apprentissage et la croissance des nouveaux enseignants. Les textes présentés illustrent des moyens pour bien préparer les futurs enseignants à répondre aux divers besoins, intérêts et talents des prochaines générations d’apprenants.

Notre réflexion trouve son origine dans la prise de conscience suivante : nous prenons rarement le temps de réfléchir à ce que signifie l’apprentissage dans le contexte de formation des maitres. Alors que nous œuvrons à former des professionnels accomplis pour un avenir incertain, nous nous questionnons rarement sur l’espace dans lequel l’apprentissage prend forme. Or, les programmes de formation des maitres doivent répondre aux besoins de plus en plus complexes et divers de notre profession. Ils doivent tenir compte des enfants et jeunes qui évoluent actuellement au sein de nos institutions scolaires. Par conséquent, nous devons mieux saisir les conditions offrant aux enseignants un apprentissage optimal pour devenir et évoluer comme professionnels. Alors que nous repensons nos programmes, nous devons porter attention aux voix désireuses d’être entendues.

Les auteurs des neuf articles présentés dans ce numéro thématique de la RSÉM sont issus de diverses régions du Canada. Leurs textes offrent un éventail de perspectives sur la nature de l’apprentissage au sein de la formation des maitres. Commençons par la Côte-Ouest où Egan, Bullock et Chodakowski de l’Université Simon Fraser s’intéressent à la manière dont une éducation imaginative peut changer le paysage de l’apprentissage en formation des maitres. Par la suite, s’attardant à la fragmentation des savoirs théorique et pratique, Hopper, Sanford et Fu de l’Université de Victoria explorent le concept de portfolios électroniques comme trame connective pouvant permettre aux étudiants d’explorer leur formation professionnelle.

Un peu plus à l’est, dans les Prairies, Huber, Desrocher, Farmer, McKenzie-Roblee et Reid de l’Université d’Alberta partagent les anecdotes recueillies auprès de jeunes enseignants concernant leurs interactions avec les familles d’élèves. De ces récits ont émergé des éléments indiquant comment l’éducation peut créer des espaces de communication propres à améliorer les interactions entre les jeunes enseignants et les familles. Quant à Webber et Miller de l’Université de la Saskatchewan, ils présentent une revue de littérature qui expose clairement certains des dilemmes rencontrés mondialement en formation des maitres. Cette recension des écrits met en évidence les tensions existant entre une compréhension philosophique de l’éducation et des approches pédagogiques influencées par le socioconstructivisme et les savoirs propres à une discipline et les méthodologies propres aux matières qui caractérisent fréquemment la formation des maitres.

Provenant du centre du Canada, McLean et Truong-White présentent une étude de cas basée sur le cadre conceptuel d’autodétermination de Magolda. Cette étude explore de quelle manière des candidats à l’enseignement de l’Université d’Ottawa ont développé une identité de formateurs en éducation civique en élaborant et en mettant en place des modules d’apprentissages civiques dans le cadre d’un projet national de leadership destiné aux jeunes, Rencontres du Canada. Également de l’Université d’Ottawa, Bouchard, Hollweck et Smith abordent l’utilisation des cercles de discussion au sein des cours de formation des futurs enseignants comme façon de créer des lieux d’apprentissage sécurisants, de créer des liens et de favoriser l’authenticité. Utilisant l’autoethnographie critique, Benoit de l’Université McGill explique comment le travail de mémoire peut servir d’outil pour croître à la fois personnellement et professionnellement dans le contexte de l’identité enseignante.

Encore plus à l’est, Wiebe et Casely-Smith partagent le travail réalisé auprès d’enseignants de l’Île-du-Prince-Édouard dans le contexte d’un nouveau cadre de littératie. Ils présentent leur vision de développer leur art, recherche et enseignement en tant qu’a/r/tographes professionnels œuvrant en formation des enseignants. Finalement, Kyte de l’Université du Cap Breton s’intéresse aux effets de la pratique de la pleine conscience et de la méditation sur des enseignants travaillant au sein d’une école du centre-ville. Il cherche à déterminer si des pratiques de cette nature peuvent aider les enseignants en exercice et en devenir à atteindre un sentiment identitaire et un bonheur durables, ainsi que le bien-être.

Dans les Notes de terrain, les auteurs abordent un éventail de points de vue importants reliés à la nature de l’enseignement et de l’apprentissage au sein des programmes de formation professionnelle des enseignants. Rushton et Webb s’intéressent à la manière complexe dont les pratiques de recherche et la pratique enseignante changent en lien avec la réforme des programmes en Colombie-Britannique. Adoptant la perspective de l’expérience personnelle et professionnelle avec l’éducation traditionnelle et en ligne, Vininsky et Saxe soupèsent les avantages et les inconvénients de chacun, proposant un programme hybride de formation des maitres inspiré du Universal Design for Learning (UDL). Ce cadre met à profit les meilleurs éléments des méthodes traditionnelles et en ligne. Dans notre dernière Note du terrain, Doerksen présente les propos de futurs enseignants mobilisés par la citoyenneté critique et l’imagination sociale et inspirés par ce puissant constat : lorsque de futurs enseignants, produits du 21e siècle, abordent l’éducation de manière intime plutôt que détachée ou encore, en se projetant dans le futur, cela permet de vivre pleinement le 21e siècle, au lieu de simplement l’entrapercevoir.

Lisa Starr Université McGill

Kathy Sanford Université de Victoria

Références

Action Canada. (2013). Future tense: Adapting Canadian education systems for the 21st century. An Action Canada task force report. Repéré à http://www.actioncanada.ca/wp-content/uploads/2014/04/TF2-Report_Future-Tense_EN.pdf

Ontario Ministry of Education. (2014). 21st century teaching and learning: What research tells us. Ottawa, ON : Government of Ontario.

Sanford, K. S., Hopper, T. H., & Starr, L. J. (2015). Transforming teacher education thinking: Complexity and relational ways of knowing. Complicity: An International Journal of Complexity and Education, 12(2), 26-48. Repéré à http://ejournals.library.ualberta.ca/index.php/complicity/article/view/23817/19184

Schleicher, A. (2014). The case for 21st-century learning. Repéré à http://www.oecd.org/general/thecasefor21st-centurylearning.htm