51-1EditorialIDHTML

Editorial: “Getting It Right: Take 2”


O
f the nine articles published in this issue, five are in French. This reflects a general trend in the McGill Journal of Education. Over the past two years, of 178 submissions, 57 have been in French. The submissions come largely from researchers at Quebec universities but also from other parts of Canada as well as from international locations.

We are currently marking our 51st year of existence with a few grey hairs but a lively step as we continue to re-invent ourselves, courtesy to being fully digital and open access, an exciting influx of new scholars on our editorial team (introduced in issue 50:1), and a presence that is solidly bilingual.

Our bilingualism did not start with our inception. It was a gradual evolution. It began with one book review in French in 1966 (1:2), closely followed by an article in French in 1967 (2:2), yet another in 1970 (5:1), two in 1972 (7:1), and so on, by increments, with a potentially pivotal juncture reached in 1973 (9:2) as Jean-Phillipe Aubert called out, “Allo McGill, vous parlez français?” (a reflection by one of its instructors on a French course offered to McGill staff but retrospectively, as part of the MJE archive, here carries a certain resonance on the subject of the journal’s slowly evolving bilingualism). With 15:2 in 1980, then editor John K. Harley “gets it right” by initiating the practice of article abstracts being made available in both languages. (The editorial for that issue, which happened to be called “Getting It Right” — at a time when editorials consistently had titles other than “Editorial” — was on a completely different subject than bilingualism, though). It was not until 2000 (35:1) that MJE’s editorial finally appeared in both languages, this thanks to Ann Beer, who capitalized on the new millennium and her inaugural editorship to seamlessly turn the page: “We…initiate a policy of including the Editorial in both English and French. This seems an appropriate time for beginnings, while continuing to respect the Journal’s traditions” (Beer, 2000, p. 5). Starting with 2006, under Anthony Paré’s editorship, we saw articles in French becoming more of an abiding presence, this in general issues but also exemplified by a special issue on Quebec education, guest-edited by a scholar in a French-speaking university (Stéphan Gervais) and with three of that issue’s five articles being in French (compare 7:2, 1972, also on Quebec education). This shift accompanied the fact that, also under Anthony, we had our first Coeditor in French, Annie Savard, who at the time was a new professor at McGill (coming from Université Laval). All of this happened at the same time as the MJE decided to be open access and remain bilingual, choices that were interrelated, with the alternative being to be bundled up by a corporate giant into a unilingual journal environment.

Our presence as a scholarly bilingual journal has been significantly enriched in recent years by interuniversity editorial collaboration, which formally began in 2014 under the current editorship. The number of French submissions has since been climbing, thanks to the presence of Associate Editor Marc-André Éthier of Université de Montréal, who has been actively involved in all aspects of editorial direction and whose editorial counsel has been indispensable to the MJE. It soon became clear that due to the growing volume of French submissions, we would benefit from another editor. We are therefore pleased to welcome David Lefrançois who, as an Associate Editor, will work in close collaboration with Marc André as well as with the MJE editorial team. David Lefrançois is a Foundations of Education professor and director of the UQO (Université du Québec en Outaouais) Education Department. He also leads the research team on Diversité scolaire et l’éducation citoyenne (DiSEC). His research focuses on the teaching and learning of social sciences at the primary level, on the analysis of didactic tools applied in history and contemporary world classes, on the development of critical thinking skills in history, on the transfer of acquired social science knowledge to political and community practices and in-class democratic deliberations, as well as all matters related to geography and contemporary world education at the secondary level. Specifically, Lefrançois is interested in the systemic process of curricular transposition. Starting with official texts and ministerial requirements in citizenship education and then moving to primary and secondary classroom settings, teaching practices, and schooling conditions, Lefrançois seeks to assess the stability or mutation of discourses and practices related to social groups who are made a minority and their impact on students. He is a member of the Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE). David was also recently co-guest editor, with Alan Sears (UNB), on a bilingual MJE special issue on history and citizenship education (50:2/3).

As befits its half-century mark, then, it feels as if, as a bilingual journal, the MJE is entering its mature phase. Tous ensemble, we look forward to what that phase, and future, will bring!

The nine articles and Note from the Field in the present issue canvas important questions in teaching and teacher education. Two articles address pressing contemporary issues in education connected to multimedia and bullying. A philosophical paper on quantitative research points to a fundamental problem.

Roberge and Beaudoin describe and analyze the content of diverse action plans and official policies for the prevention of school bullying in different Canadian jurisdictions. The research found that the jurisdictions had developed some kind of law, policy or set of guidelines with respect to this issue. The authors suggest that schools, if they have not already done so, inform themselves of these and develop a vision and a prevention action plan. Where the authors found provincial and territorial initiatives lacking was in providing concrete strategies, especially to parents, as well as in identifying risky places, connected to schools, that could be better targeted for preventive action.

Chehab, Levasseur, and Bowen describe the types and the scale of cyberbullying, expose different student profiles involved in these dynamics, paint a portrait of the intervention measures implicating the school, the family, and the community, and discuss the legal dimension of cyberbullying and its relations to face-to-face bullying. The authors recommend a comprehensive approach in partnership with families and community, especially given the school’s often lean resources, where youth need to be actively involved. Above all, the authors say, youth need to be able to know that they can confidently go to adults for help.

Racette, Sauvé and Bégin describe and analyze SAMI-Perséverance, an online device designed to assist postsecondary students in learning mathematics and especially targets (as per its name, “persévérance”) encouraging persistence in the surmounting of difficulties. The authors expand: SAMI-Persévérance offers students the means to identify their weaknesses as well as over 540 tools to help overcome them. The tool was introduced with students in 14 francophone education institutions in Quebec, of which 425 participated in the study. Reaction to the tools, which helped students locate their weaknesses and better grasp fundamental mathematical concepts, was positive. The authors draw attention to the importance of such tools to help overcome students’ “math anxiety,” observing such a memory aid could be useful throughout the duration of their schooling and perhaps even throughout the rest of their lives.

To what extent can Web 2.0 technologies facilitate effective learning outcomes in high education settings? Venkatesh, Rahab, Fusaro, Couture, Varela, and Alexander address this question by exploring teachers’ and students’ perceived efficacy of technology use in higher education settings. Survey data were collected from 15,020 students and 2,640 instructors from 12 universities in Quebec. Findings revealed contrasting trends in instructors’ and students’ perceptions. Students tended to prefer intellectual stimulation through lecture-based methods, while the instructors felt that using digital technologies in interactive forms of teaching created positive learning experiences for their students. The authors cautiously suggest that instructors could consider integrating digital technologies and social media into traditional and constructivist teaching approaches to meaningfully engage their students in learning.

Bourque addresses a fundamental problem, that is whether or not it is possible to grasp an existence outside of the consciousness of a dynamic and contingent reality. As Bourque points out, researchers tend to leave as implicit the fundamental assumptions orienting their research and methodological choices. Bourque concludes that by its own assumptions, quantitative research needs the qualitative or conceptual; in quantitative research, the quality of the measure is evaluated according to its presupposed correspondence with the reality to which it is applied — its nature requires further qualitative and conceptual study.

Reflection is not a new topic in teacher education. Useful in Duquette and Dabrowski’s study with four teacher candidates (aged from their twenties to forties) in Ontario is the application of Ward and McCotter’s (2004) four levels of reflection (routine, technical, dialogic, and transformational) as well as the coaching role played by the teacher educator. The weekly conversations with the teacher educator supported a structure of reflection as inquiry into practice that focused on differentiated instruction strategies. The technical and dialogic levels of reflection were the ones most used. The teacher educator played a pivotal role in helping teacher candidates identify alternative ways to implement a strategy when one fell short of its pedagogical goal.

Sokal, Barrett, Appel, Funk and Radawetz examine teacher candidates’ civic attitudes and willingness to learn about service learning after their participation in a mandatory service learning course. One hundred teacher candidates were surveyed pre- and post-course. The findings demonstrated a notable growth in several dimensions of civic attitudes and skills (civic action, interpersonal and problem-solving skills, political awareness, diversity attitudes, social justice attitudes, and leadership). Taken together, this study suggests that meaningful engagement in service learning courses can foster prospective teachers’ citizenship through experiential learning. Such experiences would also enable them to connect school learning with learning in the real world.

Kilinç, Koşar, and Öğdem investigate the relationship between bureaucratic school structures and teachers’ self-efficacy in their study with elementary teachers in Ankara, Turkey. The authors trace the intricate dynamics of organizational politics in relation to teacher professionalism, collaborative practices, and instructional improvement in the literature. They consider the value and significance of teachers’ self-efficacy as it plays a critical role in enhancing teaching and learning environments. Teachers’ self-efficacy is intimately tied to their professional practice. Notably, the study confirms that bureaucratic school structures (school rules, regulations, and procedures) tend to play an important influential role in shaping teacher’ self-efficacy levels and their collaborative interactions with their colleagues to improve student achievement.

A literature review and testimonials from 11 pedagogical advisors working for a francophone school board in Ontario highlight eight professional roles. During research interviews, the participants in this study by Duchesne explained the challenges they face while exercising each of these roles. Specific issues associated to the roles of change agent, reflexive practitioner, and manager are further discussed.

Craig, Etcheverry, and Ferris had occasion to interview Professor Alfonso Herrera-Peña, the government official in charge of the National Coordination of Mexico’s Telesecundaria Program. Telesecundaria is a distance education program that delivers secondary school content to remote communities by closed-circuit television. The Note will be of interest to those involved in distance education and rural education as well as in comparing initiatives across countries and continents.

Teresa Strong-Wilson, Marc-André Éthier & Anila Asghar

Beer, A. (2000). Editorial: Cultures, comparisons, and constraints. McGill Journal of Education, 35(1), 5-8.

Ward, J., & McCotter, S. (2004). Reflection as a visible outcome for preservice teachers. Teaching and Teacher Education, 20(3), 243-257. doi: 10.1016/j.tate.2004.02.004

 


Éditorial : « bien faire les choses : prise 2 »


Cinq des neuf articles publiés dans cette édition sont en français. Cela reflète une tendance profonde à la Revue des sciences de l’éducation de McGill. En effet, au cours des deux dernières années, 57 des 178 articles soumis étaient rédigés en français. Les soumissions provenaient en majorité de chercheurs d’universités québécoises, mais également de chercheurs œuvrant dans d’autres parties du Canada, ainsi qu’au sein d’institutions internationales.

Avec quelques cheveux gris, mais le pas léger, nous soulignons cette année notre 51e année d’existence, déterminés à nous réinventer grâce à une offre pleinement numérique et en libre accès, l’apport stimulant de nouveaux collaborateurs au sein de notre équipe éditoriale (en place depuis l’édition 50:1) et une présence pleinement bilingue.

Notre bilinguisme ne date pas de notre création, mais est plutôt le résultat d’une évolution graduelle. Celui-ci a commencé par une critique de livres rédigée en français en 1966 (1:2), rapidement suivie par un article écrit en français en 1967 (2:2), d’un autre en 1970 (5:1), de deux en 1972 (7:1) et ainsi de suite, un pas à la fois. Puis, en 1973 (9:2), un moment potentiellement charnière a été vécu lorsque Jean-Phillipe Aubert lança un appel « Allo McGill, vous parlez français ? ». (Cette remarque, passée par un de ses formateurs à propos d’un cours de français offert aux employés de McGill, incarne rétrospectivement, par sa présence dans les archives de la RSÉM, la question de la lente évolution de la revue vers le bilinguisme.) En 1980, dans l’édition 15:2, John K. Harley, le rédacteur de l’époque, « fait les choses convenablement » en mettant en place une nouvelle pratique, celle d’offrir les résumés d’articles dans les deux langues. (L’éditorial de cette édition, intitulé « Getting It Right » [Bien faire les choses] — à une époque où les éditoriaux avaient invariablement des titres différents que le simple « Éditorial » — portait cependant sur un sujet complètement autre que le bilinguisme). Ce n’est qu’en 2000 (35:1) que l’éditorial de la RSÉM a finalement été publié dans les deux langues — merci à Ann Beer — qui profita de l’avènement du nouveau millénaire et de son arrivée en poste pour définitivement tourner la page : « Nous…instaurons la politique de présenter l’Éditorial en anglais et en français. Cela nous semble un moment propice pour les commencements, dans le respect des traditions de la Revue » (Beer, 2000, p. 5). À partir de 2006, sous la direction éditoriale d’Anthony Paré, la présence d’articles en français devient plus marquée au sein des éditions générales. Elle s’illustre aussi dans une édition spéciale portant sur l’éducation au Québec, créée par un rédacteur invité issu d’une université francophone (Stéphan Gervais) et offrant trois de ses cinq articles en français (à comparer à 7:2, 1972, traitant également de l’éducation au Québec). Ce virage s’incarne aussi par une autre innovation survenue sous la direction d’Anthony, l’ajout d’une première rédactrice adjointe francophone, Annie Savard, diplômée de l’Université Laval et récemment embauchée à McGill comme professeure. Tous ces changements ont eu lieu au moment où la RSÉM a décidé de devenir libre d’accès et de demeurer bilingues, choix étroitement liés qui avaient pour alternative l’engloutissement au sein d’une puissante corporation et d’un environnement journalistique unilingue.

Notre statut de revue académique bilingue a été bonifié de manière substantielle par une collaboration éditoriale interuniversitaire mise en place en 2014 par l’équipe actuelle. Depuis, grâce à notre rédacteur adjoint Marc-André Éthier de l’Université de Montréal, le nombre de soumissions francophones n’a cessé de croître. Dès son arrivée, il s’est activement impliqué dans tous les aspects de la direction éditoriale et ses conseils de rédacteur se sont révélés indispensables à la RSÉM. En raison du volume grandissant de soumissions de langue française, il est devenu évident que nous avions besoin d’un autre rédacteur. Nous sommes donc heureux d’accueillir David Lefrançois qui, en tant que rédacteur adjoint, travaillera en étroite collaboration avec Marc-André et les membres du comité de rédaction. David Lefrançois est professeur régulier en fondements de l’éducation et directeur du Département des sciences de l’éducation de l’UQO (Université du Québec en Outaouais). Il est également responsable de l’équipe de recherche sur la Diversité scolaire et l’éducation citoyenne (DiSEC). Ses recherches portent sur l’enseignement et l’apprentissage des disciplines des sciences sociales au primaire, sur l’analyse des outils didactiques dans les cours d’Histoire et de Monde contemporain, sur le développement de la pensée critique en histoire, sur le transfert des apprentissages dans la pratique politique et communautaire et la délibération démocratique en classe de sciences sociales, ainsi que sur tout ce qui touche le cours de géographie et le cours de Monde contemporain au secondaire. Plus précisément, Lefrançois s’intéresse au processus systémique de transposition curriculaire, partant des textes officiels et des prescriptions ministérielles en matière d’éducation à la citoyenneté jusqu’à la salle de classe du primaire et du secondaire, aux pratiques enseignantes et aux conditions scolaires, pour apprécier la stabilité ou la mutation des discours et des pratiques portant sur les groupes sociaux minorisés et leurs effets sur les élèves. Il est membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE). Faisant équipe avec Alan Sears (UNB) comme rédacteur invité, il a récemment piloté une édition bilingue spéciale portant sur l’histoire et l’éducation à la citoyenneté (50:2/3).

Alors que nous soulignons son demi-siècle, il semble que la RSÉM entre dans une ère de maturité en tant que revue bilingue. Tous ensemble, nous avons hâte de découvrir ce que cette étape et le futur nous réservent !

Les neuf articles et la Note du terrain de cette édition soulèvent des questions importantes sur l’enseignement et la formation des maîtres. Deux articles s’attaquent aux problématiques urgentes et contemporaines relatives au multimédia et à l’intimidation. Un texte philosophique portant sur la recherche quantitative indique un problème fondamental.

Roberge et Beaudoin décrivent et analysent le contenu des divers plans d’action et politiques officielles de prévention de l’intimidation à l’école, et ce, dans les diverses juridictions du Canada. Leurs recherches indiquent que les juridictions ont développé certains types de lois, politiques ou ensembles de règles en ce qui a trait à cette problématique. Les auteurs proposent que les écoles qui ne l’ont pas encore fait prennent connaissance de ces documents et développent une vision et un plan d’action préventif. Les auteurs ont découvert certaines lacunes dans les initiatives provinciales et territoriales relativement à la formulation de stratégies concrètes destinées aux parents et à l’identification des zones reliées aux écoles et à risque, zones pouvant être mieux ciblées en termes de prévention.

Chehab, Levasseur et Bowen décrivent les formes et l’ampleur de la cyberintimidation, exposent différents profils d’élèves impliqués dans ces dynamiques, brossent un portrait de mesures d’intervention impliquant l’école, la famille et la communauté et discutent de la dimension légale de la cyberintimidation et de ses rapports avec les conduites d’intimidation face à face. Puisque les écoles ont fréquemment des ressources limitées, les auteurs préconisent une démarche globale, en partenariat avec les familles et la communauté, dans laquelle les jeunes doivent être activement impliqués. Selon les auteurs, il est surtout essentiel que les jeunes sachent qu’ils peuvent faire appel aux adultes pour les aider et ce, en toute confiance.

Racette, Sauvé et Bégin présentent et analysent SAMI-Persévérance, un système d’aide en ligne. Cet outil a été créé pour soutenir les étudiants postsecondaires dans leur apprentissage des mathématiques et a pour objectif plus particulier, comme son nom (persévérance) l’indique, de favoriser la persévérance de ceux-ci lorsque surviennent des difficultés. Les auteurs expliquent : « SAMI-Persévérance offre aux étudiants des moyens pour identifier leurs faiblesses ainsi que plus de 540 outils d’aide pour les surmonter ». Cet outil a été déployé auprès d’étudiants fréquentant 14 établissements d’enseignement francophone québécois et 425 d’entre eux ont pris part au projet de recherche. Les réactions aux outils aidant les étudiants à identifier leurs difficultés et à mieux saisir les concepts mathématiques fondamentaux ont été positives. Les auteurs soulignent l’importance de tels outils pour amener les étudiants à surmonter « l’anxiété des mathématiques », précisant qu’un tel « aide-mémoire…pourra les suivre tout au long de leur formation et peut-être même…tout au long de leur vie ».

Jusqu’à quel point les technologies du Web 2.0 rendent-elles davantage possible l’atteinte de résultats d’apprentissage efficaces dans les milieux scolaires du secondaire? Venkatesh, Rahab, Fusaro, Couture, Varela et Alexander s’intéressent à cette question en explorant la perception des enseignants et des étudiants face à l’efficacité de l’utilisation des outils technologiques au secondaire. Pour mener à bien leur projet de recherche, les auteurs ont recueilli des données auprès de 15 020 étudiants et 2 640 professeurs provenant de 12 universités du Québec. Les résultats montrent des contrastes marqués entre les perceptions des professeurs et des étudiants. En effet, les étudiants préféraient la stimulation intellectuelle propre à l’enseignement magistral, alors que les enseignants croyaient que l’utilisation des technologies numériques générant des interactions permettait aux étudiants de vivre une expérience d’apprentissage positive. Faisant preuve de prudence, les auteurs recommandent aux enseignants d’envisager l’intégration des technologies numériques et des médias sociaux au sein d’approches pédagogiques plus traditionnelles et constructivistes, et ce, afin d’impliquer de manière plus authentique les étudiants dans leur apprentissage.

Bourque traite d’un problème fondamental, celui du postulat de l’existence hors de la conscience d’une réalité dynamique et contingente, qu’il soit ou non possible de la saisir. Comme Bourque l’indique, les chercheurs ont tendance à préserver le caractère implicite des hypothèses de base orientant leur recherche ainsi que le qualitatif ou le conceptuel ; en recherche quantitative, « la qualité de la mesure est évaluée en fonction de sa correspondance présupposée avec la réalité à laquelle elle est appliquée.... Sa nature requiert un examen davantage qualitatif et conceptuel ».

Dans le domaine de la formation des maîtres, la réflexion ne constitue pas un nouveau sujet. Les quatre niveaux de réflexion de l’application (routine, technique, dialogique et transformationnel) développée par Ward et McCotter (2004), ainsi que le rôle d’entraineur joué par l’enseignant se sont avérés utiles pour les quatre candidats à la profession enseignante (des Ontariens âgés de 20 à 40 ans) participant au projet de recherche de Duquette et Dabrowski. Les discussions hebdomadaires avec le professeur ont structuré leur processus de réflexion, favorisant un questionnement des pratiques ciblant particulièrement les stratégies d’enseignement différencié. Les niveaux de réflexion technique et dialogique ont été les plus utilisés. L’enseignant a ainsi joué un rôle-clé, aidant les candidats à la profession enseignante à identifier des manières différentes de mettre en place une stratégie lorsqu’une autre méthode n’atteignait pas la cible pédagogique escomptée.

Barrett, Appel, Funk et Radawetz s’intéressent aux attitudes civiques et à la volonté d’en connaître davantage sur l’apprentissage en milieu communautaire de futurs enseignants à la suite de leur participation à un cours obligatoire portant sur ce type d’apprentissage. Cent candidats à la profession enseignante ont été interviewés avant et après leur cours. Les résultats de l’étude indiquent une augmentation significative de diverses dimensions relatives aux attitudes et compétences citoyennes (action civique, habiletés interpersonnelles et de résolution de problèmes, conscience politique, attitudes face à la diversité et à la justice sociale ainsi que leadership). En somme, cette étude indique qu’une implication sérieuse dans un stage d’apprentissage en milieu communautaire peut, par des acquis expérientiels, favoriser un certain sens civique des futurs enseignants. De telles expériences peuvent aussi les aider à créer des liens entre l’apprentissage en milieu scolaire et la vraie vie.

Dans leur projet de recherche, Kilinç, Koşar et Öğdem explorent la relation existant entre les structures administratives d’un établissement scolaire et le sentiment d’efficacité d’enseignants du primaire à Ankara, en Turquie. Les auteurs dressent le portrait de la dynamique complexe des politiques organisationnelles en lien avec le professionnalisme de l’enseignant, les pratiques collaboratives et l’amélioration des pratiques enseignantes en littérature. Ils prennent en compte la valeur et l’importance du sentiment d’efficacité des enseignants comme variable-clé dans l’amélioration des environnements d’enseignement et d’apprentissage. Le sentiment d’efficacité des enseignants et la pratique professionnelle sont intimement liés. Cette étude confirme notamment que les structures administratives d’un milieu scolaire (règles, règlements et procédures propres à l’école) ont tendance à jouer un rôle fort influent dans l’atteinte d’un niveau de sentiment d’efficacité chez un enseignant et dans ses interactions collaboratives avec ses collègues dans le but d’améliorer la réussite des élèves.

À partir d’une recension d’écrits et des témoignages de 11 conseillers pédagogiques œuvrant dans un conseil scolaire francophone de l’Ontario, huit rôles ont été mis en lumière. Lors d’entretiens de recherche, les participants dans cette étude de Duchesne ont explicité les défis auxquels ils sont confrontés dans l’exercice de chacun de ces rôles. Les enjeux particuliers associés notamment aux rôles d’agent de changement, de praticien réflexif et de gestionnaire feront l’objet de la discussion.

Craig, Etcheverry, et Ferris ont eu l’opportunité de s’entretenir avec le professeur Alfonso Herrera-Peña, le représentant gouvernemental responsable de la coordination nationale du programme mexicain Telesecundaria. Telesecundaria est un programme de formation à distance offrant des cours de niveau secondaire aux communautés éloignées par le biais de télévisions en circuit fermé. La Note s’avèrera pertinence pour ceux impliqués dans les domaines de formation à distance et d’éducation en zones rurales, ainsi qu’à ceux intéressés dans la comparaison d’initiatives entre divers pays et continents.

Teresa Strong-Wilson, Marc-André Éthier et Anila Asghar

Beer, A. (2000). Editorial: Cultures, comparisons, and constraints. Revue des sciences de l’éducation de McGill, 35(1), 5-8.

Ward, J., & McCotter, S. (2004). Reflection as a visible outcome for preservice teachers. Teaching and Teacher Education, 20(3), 243-257. doi: 10.1016/j.tate.2004.02.004