50-1EditorialHTML

Editorial


We begin this time with important “thank yous” and “welcomes.” Our McGill Journal of Education editorial team is changing as well as expanding. We cannot thank enough our outgoing Managing Editor, Stephen Peters, who provided impeccable guidance and support for MJE editors and authors for close to five years. The future cannot but be promising for Stephen given his many talents; we wish him the very best. In his stead, we welcome Sylvie Wald, also a doctoral student in McGill’s Department of Integrated Studies in Education (DISE), who has slipped into the Managing Editor role with remarkable ease (and with Steve’s capable mentorship), bringing her own set of talents, which we have already started to very much appreciate.

We are excited to welcome two assistant editors, Lisa Starr and Mindy R. Carter, Assistant Professors at McGill in DISE (Department of Integrated Studies in Education). One of their main contributions will be to explore innovative ways to enhance the MJE’s digital presence and accessibility as an open-access journal, while also broadening submissions in such areas as teacher leadership, autoethnography and self-study, drama and theatre education, and art education. Lisa Starr, president of the Canadian Association for the Study of Women and Education (CASWE), is interested in the relationship between identity and culture, particularly with respect to educational effectiveness, leadership, preparation of teachers and gender equity. She is also interested in autoethnography and self-study as means to investigate, understand, and make meaning of the intersections inherent in 21st century leading and learning, and is guest editor with Kathy Sanford (University of Victoria) of a forthcoming MJE special issue on 21st century learning. Mindy R. Carter, Vice President and Program Chair for the ARTS special interest group, an affiliate of the Canadian Society for the Study of Education (CSSE), is interested in teacher identity, teacher education, drama and theatre education, and curriculum theory. Her first book The Teacher Monologues: Exploring the Identities of Artist-Teachers was published by Sense in 2014.

This general issue of the MJE is characterized by its usual eclectic array, but with a preponderance of articles that critically examine university or school curricula either with respect to issues that centre on ethics (including consideration of the “evil” part of “good and evil”), civic identity, secularism, and teacher neutrality, or that engage particular issues such as Indigenous education (in post-secondary contexts and in secondary Science curricula), sexuality education, and promotion of metacognition in the classroom. We are also pleased to welcome an article from the United Kingdom that reflects on a certain pedagogical approach taken in an introductory Sociology class.

We open this issue with Maxwell and Tremblay-Laprise’s survey of ethics curricula in teacher education programs across Canada. The article provides a synoptic overview of the place of ethics in the curriculum across various disciplines before focusing in on education. The goal of the research was to “take stock” of how well teacher education programs in Canada prepare future teachers for ethical challenges, as inferred from course content and program intentions (via an online survey and analysis of academic calendars). The researchers found, much to their surprise, that initial teacher education programs in Canada have not “missed the boat” for ethics instruction; almost half included a mandated ethics course. The authors also found that ethics was often embedded in other courses (e.g., teachers as leaders; critical issues in education). Useful suggestions for future directions in practice and research are provided.

Two articles that address the ethical issue of secularism in the classroom and curriculum in Quebec from the point of view of teachers are Zaver’s (in English) and Courtine and Jutras’ (in French). Both situate their articles within the highly charged debate in Quebec around the creation of a Quebec Charter of Values.

Zaver’s is a conceptual piece that considers the meaning and implications of the “neutral” teacher in Quebec’s ethics and religious culture curriculum (ERC) mandated in elementary and secondary schools. Zaver traces its historical antecedents in Quebec society and education, focusing in on the concept of neutrality and the notion of the teacher as neutral. She then examines tensions between what the ERC curriculum expects of teachers and its conceptualization of teacher as neutral. She considers the value and place of neutrality in the classroom as well as explores other alternatives, such as Kelly’s of committed impartiality.

Courtine Sinave and Jutras engaged secondary school teachers in reflective conversation about the various meanings of secularism. Their article provides usefully textured examples from these conversations, organized around the themes that emerged. Also useful is their extended contextual piece on the history of secularism in France and Quebec, and how this history has influenced Quebec schools and curriculum. A key finding of their study was that the school, through the teaching of courses such as history and civic education, plays a key role in foregrounding issues central to secularism, like human rights.

With den Heyer and van Kessel, we take a step back from ethics curricula to consider the implications of using charged words like “evil” in everyday discourse and how these uses and understandings can foreclose action. They consider alternative possibilities for critically engaging with the concept through citizenship education, drawing on the work of Hannah Arendt and Alain Badiou to open spaces for agency and political and social change. They argue that the main shift that needs to take place is from a notion of radical evil to one that is more secularized.

The next two articles address Indigenous curriculum and education in Canada but with quite different results. Using interviews, focus groups, and surveys, Rodon, Lévesque, and Kennedy-Dalseg sought out the perspectives of Inuit Nunangat post-secondary students on pursuing post-secondary schooling in the South; access in the Arctic being limited to distance education. Nunangat encompasses Nunavut, Labrador, and the Northwest Territories. The article provides very useful information on what programs the 68 students undertook, where, how often (since many students had undertaken more than one program), and their perceptions of their experiences. Researchers were surprised by the degree to which overall experiences were reported as positive. Pertinent factors included: attention to Inuit language and culture, instructors familiar with the North, and social as well as academic support. Insufficient funding was identified as a main impediment.

Kim begins by pointing out that Ontario has the largest Indigenous population in Canada and that in 2007, the Ontario Ministry of Education published the First Nations, Métis, and Inuit Education Policy Framework that called for greater attention to Indigenous cultural content and perspectives in the curriculum. This included secondary science curricula. Using hermeneutic content analysis, which involved qualitative content analysis as well as quantitative frequencies, Kim critically examined the Ontario Science curriculum for the presence — or absence — of Indigenous-related content. She found that though there was a professed commitment to IK (Indigenous knowledges), the curriculum has remained trapped in a neo-colonial framework. She encourages serious consideration of Saskatchewan initiatives in IK within science curricula by way of alternative to Ontario’s approach.

Parker and McGray’s article on sexuality education in the Quebec curriculum is timely, given current (and ongoing) debate on sexuality education in Quebec as well as Canada generally. As the authors note, the Quebec curriculum is unusual in mandating the teaching of sexuality education as a professional responsibility of all teachers, a subject that therefore needs to be woven into the curriculum through cross-curricular competencies. In practice, the subject falls through the cracks, failing to be addressed. The authors write the article from the point of view of the beginning teacher, critically looking at how Quebec’s professional competencies for teachers enable but mostly constrain (through a neo-liberal agenda) efforts at creating a culture of teaching sexuality education in Quebec classrooms. The authors offer teachers pathways for action.

How do we foster better connections between the subject matter or discipline and students’ consciousness of their own lives? Stephenson, Stirling, and Wray address this question by explaining how they developed a pedagogy of sociological imagination by inviting students to write autobiographies and biographies in sociology classes in a UK university. Their own author biographies help elucidate their turn to sociology and account for how that turn helped them make sense of working lives. In the article, the authors explain the rationale for the introductory sociology course that they developed, called “Working Lives,” and the strategies they used to encourage students to develop a sociologically-attuned “quality of mind.”

Finally, Knowledge Forum or KF is a digital platform designed to promote metacognition through development of explanation skills. It is a tool intended to help students become better prepared to participate in a knowledge society. Hamel, Turcotte, Laferrière, and Bisson, researchers from two Quebec universities, designed and implemented a KF study with 251 students (across all grades) in K-6 rural schools, analyzing the students’ discourse. The study was part of the Remote Networked Schools (RNS) initiative and where KF was intended to offset such factors as professional isolation of teachers and lack of onsite resources for students. The study found that if KF was implemented consistently by teachers, students’ explanation-based classroom discourse increased, thus enriching the classroom environment.

Teresa Strong-Wilson, McGill University



Éditorial


Débutons cet éditorial par quelques « mercis » et « bienvenues » essentiels au moment où le comité éditorial de la Revue des sciences de l’éducation de McGill vit des changements et une croissance. Dans ce contexte, nous ne pouvons pas suffisamment remercier notre directeur de rédaction sortant, Stephen Peters, qui a guidé et soutenu de manière impeccable les rédacteurs et les auteurs de la RSÉM pendant près de cinq ans. Considérant ses nombreux talents, l’avenir de Stephen ne peut qu’être rempli de promesses. Nous lui souhaitons la meilleure des chances. Pour prendre sa relève, nous accueillons Sylvie Wald, également doctorante au Département des sciences intégrées de l’éducation de McGill (DISE), qui a endossé le rôle de directrice de rédaction avec une aisance impressionnante (et grâce au mentorat avisé de Steve). Elle apporte avec elle des compétences uniques, que nous avons déjà commencé à apprécier énormément.

Nous sommes très heureux d’accueillir au sein de notre équipe deux rédacteurs adjoints, Lisa Starr et Mindy R. Carter, professeurs adjoints au DISE de McGill (Département des sciences intégrées de l’éducation). Un de leurs principaux dossiers sera d’explorer des manières innovantes d’augmenter la présence et l’accessibilité numérique de la RSÉM en tant que revue à libre accès. Ils devront aussi augmenter le nombre de soumissions dans des domaines comme le leadership enseignant, l’auto-ethnographie et l’auto-apprentissage, le théâtre et l’enseignement de l’art dramatique, ainsi que l’enseignement de l’art. Présidente de l’Association canadienne pour l’étude sur les femmes et l’éducation (ACÉFÉ), Lisa Starr s’intéresse aux relations existant entre l’identité et la culture, en ce qui a trait particulièrement à l’efficacité pédagogique, au leadership, à la préparation des enseignants et à l’égalité des sexes. L’auto-ethnographie et l’auto-apprentissage retiennent également son attention, en tant que moyens de chercher, comprendre et donner un sens aux croisements propres au leadership et à l’apprentissage au 21e siècle. En ce sens, elle sera rédactrice invitée, faisant équipe avec Kathy Sanford (Université de Victoria) pour la prochaine édition spéciale de la RSÉM portant sur l’apprentissage au 21e siècle. Mindy R. Carter, vice-présidente et présidente du programme pour la Societé des chercheurs et des enseignants des arts (SCEA), affilié à la Société canadienne pour l’étude de l’éducation (SCÉÉ), s’intéresse à l’identité des enseignants, à la formation des maîtres, au théâtre et à l’enseignement de l’art dramatique, ainsi qu’à la théorie des programmes. Son premier ouvrage, The Teacher Monologues: Exploring the Identities of Artist-Teachers a été publié chez Sense en 2014.

Cette édition régulière de la RSÉM présente son habituel éventail de sujets éclectiques, avec une prépondérance d’articles faisant l’examen critique des programmes universitaires ou scolaires. Ceux-ci traitent de problématiques touchant l’éthique (incluant une réflexion sur la part du « mal » dans le « bien » et le « mal »), l’identité citoyenne, la laïcité et la neutralité de l’enseignant ou encore s’attaquent à des questions spécifiques de l’éducation des autochtones (en éducation post-secondaire et dans les programmes de sciences au secondaire), de l’éducation sexuelle et de la promotion de la métacognition dans les classes. Nous sommes heureux de publier un article du Royaume-Uni qui étudie une approche pédagogique particulière utilisée durant un cours d’Introduction à la sociologie.

Nous débutons cette édition par l’étude pilotée par Maxwell et Tremblay-Laprise, étude s’attardant au programme d’éthique dans les programmes de formation des maîtres au Canada. Cet article dresse un portrait synthèse de la place de l’éthique à travers plusieurs disciplines des programmes avant de cibler plus particulièrement la formation. L’objectif de cette recherche était de dresser un bilan de la manière dont les programmes de formation au Canada préparent les futurs enseignants aux enjeux éthiques, en analysant le contenu des cours et les intentions pédagogiques (à l’aide d’un sondage en ligne et de l’examen des calendriers académiques). À leur grande surprise, les chercheurs ont réalisé que les programmes de formation initiale des maîtres au Canada n’ont pas « manqué le bateau » en ce qui a trait à l’enseignement de l’éthique : près de la moitié comporte un cours d’éthique obligatoire. Les auteurs ont également découvert que l’éthique est fréquemment intégrée dans d’autres cours (p. ex. : les enseignants comme leaders, les problématiques critiques en éducation). Des suggestions utiles pour des orientations à prendre dans l’avenir en pratique et en recherche sont exposées.

Deux articles rédigés par Zaver (en anglais) et par Courtine et Jutras (en français) présentent la question éthique du laïcisme en classe et au sein des programmes au Québec en adoptant le point de vue des enseignants. Les deux situent leurs articles au sein du débat hautement controversé de la création de la Charte des valeurs au Québec.

L’article conceptuel écrit par Zaver étudie la signification et les implications de la « neutralité » de l’enseignant dans le programme québécois d’Éthique et de culture religieuse (ECR), tel que prescrit dans les écoles primaires et secondaires. Zaver suit les traces historiques de ce programme, le situant dans la société et l’éducation québécoise, s’attardant au concept de neutralité et à la notion de l’enseignant comme être neutre. Puis, elle analyse les tensions existant entre les attentes du programme d’ECR et son concept d’enseignant neutre. Elle réfléchit à la valeur et à la place de la neutralité dans la classe et explore d’autres options, comme l’engagement d’impartialité de Kelly.

Courtine Sinave et Jutras ont entrepris une discussion réfléchie avec des enseignants au secondaire sur les significations multiples de la laïcité. Leur article relate des exemples efficacement élaborés de ces échanges, organisés autour des thèmes ayant émergé. Leur portrait approfondi et mis en contexte de l’histoire du laïcisme en France et au Québec, ainsi que leur analyse de la façon dont cette histoire a influencé les écoles et les programmes québécois s’avèrent également fort utiles. Un des résultats-clés de leur étude est que l’école, par l’enseignement de cours comme l’histoire et l’éducation citoyenne, joue un rôle fondamental en mettant l’accent sur des problématiques propres à la laïcité, comme les droits de l’homme.

La lecture de l’article de den Heyer et van Kessel nous éloigne des programmes en éthique et nous invite à réfléchir aux implications de l’utilisation quotidienne de mots émotionnellement forts comme « le mal » ainsi qu’aux manières dont l’usage et notre compréhension de ces mots peuvent restreindre l’action. Ils évaluent d’autres moyens de s’engager de manière critique avec ce concept à travers l’éducation à la citoyenneté, s’inspirant des travaux de Hannah Arendt et d’Alain Badiou pour créer des espaces propices au sentiment de pouvoir et au changement politique et social. Ils soutiennent que le virage fondamental à effectuer réside dans le passage de la notion d’un mal radical à celui d’un mal plus laïc.

Les deux articles suivants s’intéressent aux programmes et à l’éducation des autochtones au Canada et présentent des résultats forts différents. À l’aide d’entrevues, de groupes de discussions et de sondages, Rodon, Lévesque et Kennedy-Dalseg ont cherché à cerner le point de vue d’étudiants inuits nunangat de niveau post-secondaire sur la perspective de poursuivre des études post-secondaires dans le sud, l’accès aux études dans l’Arctique se limitant à l’éducation à distance. Le Nunangat englobe le Nunavut, le Labrador et les Territoires du Nord-Ouest. Cet article fournit des informations extrêmement utiles sur les programmes suivis par 68 élèves, ainsi que sur l’endroit, la fréquence (puisque certains étudiants ont entrepris plus d’un programme) et leur perception de ces expériences. Les chercheurs ont été surpris de constater à quel point les expériences globales ont été décrites positivement. Les facteurs identifiés comme pertinents étaient le soin porté à la langue et à la culture inuite, le niveau de familiarité des enseignants avec le Nord et le soutien à la fois académique et social. Le sous-financement a été identifié comme un obstacle majeur.

Kim débute son article en soulignant que l’Ontario possède la population autochtone la plus importante au Canada et que le Ministère de l’éducation ontarien a publié en 2007 le Cadre d’élaboration des politiques en éducation des Premières nations, des Métis et des Inuit afin de mettre l’accent sur le contenu et les points de vue autochtones au sein des programmes. Cette démarche visait aussi le programme d’enseignement des sciences au secondaire. Utilisant une approche d’analyse herméneutique du contenu, qui implique l’analyse qualitative du contenu ainsi que celle des fréquences quantitatives, Kim a effectué l’examen critique du programme ontarien d’enseignement des sciences, à la recherche de la présence — ou de l’absence — de contenu lié à la culture autochtone. Malgré un engagement public envers les savoirs autochtones, l’auteure a réalisé que le programme demeure ancré dans un cadre néocolonial. Afin de bonifier l’approche ontarienne, elle propose l’examen attentif des initiatives mises en place en Saskatchewan en ce qui a trait à l’intégration des savoirs autochtones dans le programme de sciences.

En raison du débat actuel (et continuel) sur l’éducation à la sexualité au Québec ainsi qu’au Canada en général, l’article rédigé par Parker et McGray arrive à point nommé. Comme les auteurs le soulignent, le programme québécois a ceci d’inhabituel qu’il confie à tous les enseignants la responsabilité d’enseigner la sexualité, en faisant une matière devant être intégrée dans le programme via les compétences transversales. Dans la pratique, la matière est oubliée et donc, n’est pas enseignée. Adoptant le point de vue d’un enseignant débutant, les auteurs examinent d’un œil critique la manière dont les compétences professionnelles québécoises permettent mais surtout empêchent (par un plan d’action néolibéral) les efforts de création d’une culture de l’enseignement de la sexualité au sein des classes québécoises. Les auteurs proposent certaines pistes d’action aux enseignants.

De quelle manière pouvons-nous créer de meilleurs liens entre la matière ou la discipline et la conscience qu’ont les étudiants de leur vie? Stephenson, Stirling et Wray s’intéressent à cette question en expliquant comment ils ont créé une approche pédagogique basée sur l’imagination sociologique, invitant les étudiants à rédiger des autobiographies et des biographies dans le cadre d’un cours de sociologie offert dans une université du Royaume-Uni. Les biographies qu’ils ont rédigées aident à comprendre leur approche de la sociologie et décrivent comment cette approche leur a permis de comprendre les working lives. Dans cet article, les auteurs exposent leur raisonnement dans le développement de ce cours d’Introduction à la sociologie, intitulé « Working Lives » et les stratégies utilisées pour encourager les étudiants à développer une « qualité d’esprit » sociologiquement harmonieuse.

Pour terminer, le Knowledge Forum ou KF (un forum électronique de coélaboration de connaissances) est une plate-forme numérique élaborée pour promouvoir la métacognition par le développement d’habiletés à expliquer. L’utilisation de cet outil vise à mieux préparer les élèves à participer pleinement à une société du savoir. Hamel, Turcotte, Laferrière et Bisson, des chercheurs issus de deux universités québécoise, ont conçu et réalisé une enquête de type KF auprès de 251 élèves (de tous les niveaux) étudiant dans des écoles primaires situées en milieu rural et ont analysé les paroles des élèves. Ce projet de recherche s’intégrait dans l’initiative École éloignée en réseau (ÉÉR), dans laquelle le KF avait pour objectif de compenser certains facteurs comme l’isolement professionnel des enseignants et le manque de ressources situées à proximité. Les résultats de l’étude permettent de conclure que le KF, utilisé systématiquement par les enseignants, favorise l’augmentation du nombre d’interventions d’élèves exprimées sous forme d’explications et enrichit ainsi l’environnement de la classe.

Teresa Strong-Wilson, Université McGill